MAROC
29/07/2018 15h:05 CET

Plus de 8 millions de Maliens aux urnes pour les élections présidentielles

Des élections sous haute tension.

Luc Gnago / Reuters

INTERNATIONAL - Plus de huit millions de Maliens sont attendus dans les bureaux de vote, qui ont ouvert ce dimanche 29 juillet dès 8h pour le premier tour de l’élection présidentielle. Plus de 30.000 membres des forces de sécurité nationales et étrangères sont mobilisés pour assurer les opérations de vote, selon le ministère malien de la Sécurité intérieure. Un vote déterminant pour l’ensemble du Sahel, qui fait face à la menace djihadiste malgré cinq ans d’interventions militaires internationales.

Chef de la principale alliance djihadiste du Sahel (liée à Al-Qaïda), le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, qui dirige l’un des groupes islamistes ayant pris possession du nord du pays en 2012, vient de diffuser ce samedi une vidéo dans laquelle il menace ouvertement le processus électoral, ajoutant qu’il ne s’agit que d’un “mirage pour le peuple malien”.  

Capture decran
 Iyad Ag Ghaly

Malgré l’accord de paix signé en 2015, les violences jihadistes se sont propagées du nord vers le centre et le sud du pays, qui vit sous état d’urgence quasi-ininterrompue depuis novembre 2015. Les violence se sont ensuite propagées au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits inter-communautaires entre les ethnies de la régions.

Parmi les 24 candidats en lice figurent notamment le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, du Rassemblement pour le Mali (RPM), et son rival Soumaïla Cissé, leader de l’opposition de l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Le scrutin oppose également d’autres candidats dont l’ancien Premier ministre Cheick Mohamed Abdoulaye Souad, dit “Modibo Diarra”, les anciens ministres Choguel Kokala Maïga, Mohamed Ali Bathily et Mountaga Tall, le chef religieux, Harouna Sankaré, la femme d’affaires, Djeneba N’Diaye et l’homme d’affaires Alio Diallo.

Luc Gnago / Reuters

Le gouvernement a annoncé l’ouverture de l’observation de toutes les phases de l’élection, y compris la centralisation des résultats, à la participation de toutes les organisations internationales, dont l’Union africaine, l’Union européenne, la MINUSMA (mission onusienne), la CEDEAO (Communauté économique des Etat de l’Afrique de l’Ouest) et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). 

Les quelque 23.000 bureaux de vote du pays doivent rester ouverts jusqu’à 18h ce dimanche. Les premiers résultats sont attendus dans les 48 heures, les résultats officiels provisoires le 3 août au plus tard, avant un éventuel second tour le 12 août. Le pays d’Afrique de l’Ouest élira son président pour un mandat de cinq ans.