ALGÉRIE
31/05/2018 03h:02 CET

Plus de 5400 enfants délinquants recensés en 2017

APS

5423 enfants délinquants ont été recensés en 2017, avec une baisse de 55 cas par rapport à 2016, a indiqué le commissaire de police Khaled Boudemala, de la direction de police judiciaire, mercredi relayé par l’APS.

“2933 enfants délinquants ont été placés dans des centres spécialisés, 320 remis à leurs familles et 2341 autres libérés”, a précisé M. Boudemala lors d’une conférence au Forum de la Sûreté nationale sur “le rôle de la Direction générale de la Sûreté nationale dans la prévention et la protection de l’enfance” à l’occasion de la Journée internationale de l’enfance.

Concernant les enfants victimes, le commissaire de police a avancé le chiffre de “6008 cas recensés en 2017, soit une baisse de 185 cas par rapport à 2016”.

Il a souligné que ces résultats sont le fruit “des efforts de la DGSN en coordination avec les autres secteurs concernés pour la protection de l’enfance à travers le renforcement des opérations de sensibilisation”.

Détaillant ce chiffre, il a expliqué que 3661 cas sont des victimes de violence ou de coups et blessures, 1131 sont des victimes d’abus sexuel et 487 de maltraitance.  

Citant une état des lieux effectué par les services de police spécialisés, M. Boudemala a fait état de 3395 enfants en situation impliquant une intervention rapide pour leur apporter l’aide nécessaire en coordination avec les instances concernés.

Evoquant l’importance de la mise en place du numéro vert (104) pour permettre aux citoyens de signaler tout cas d’enlèvement ou de disparition d’enfants, le commissaire de police  Khaled Boudemala a déclaré que 86.606 cas de signalement ont été reçus en 2017, dont 1120 cas de fugue, 2711 de disparition et 82 d’enlèvement ou tentative d’enlèvement.

Après avoir souligné l’importance de l’activation de cette ligne qui facilitera l’intervention rapide des services de police pour protéger les enfants en situation de détresse, M. Boudemala a rappelé le rôle des bureaux créés à cet effet au niveau national et qui ont été, a-t-il dit, “renforcés par des éléments compétents et formés dans la gestion efficace de ce genre de situation”.

50 brigades ont été créées au niveau national et chargées de la protection des catégories vulnérables, notamment les enfants, les femmes violentés et les personnes âgées, a conclu le même responsable.