MAROC
31/07/2018 18h:05 CET

Plus de 3.000 arrestations dans le périmètre scolaire en un an

652 arrestations ont concerné des mineurs.

FADEL SENNA via Getty Images

BILAN - 6,5 kg de haschich, 2,1 kg de kif, 464 comprimés psychotropes et 1.864 grammes de maâjoun. Ce sont les quantités de produits illicites saisies chez 1.030 individus arrêtés dans le cadre des opérations de sécurité menées par les éléments des brigades mixtes chargées du ratissage du périmètre des établissements scolaires au titre de l’année scolaire du 15 septembre 2017 au 20 juillet 2018.

Le bilan que dresse la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) de ces opérations fait état de 3.273 interpellations en tout et pour tout. La DGSN précise, dans un communiqué relayé par la MAP, que 652 arrestations ont concerné des mineurs, et que les motifs sont liés à des actes criminels commis dans le périmètre scolaire. Et de souligner que 114 personnes ont été appréhendées pour des actes criminels accompagnés de violence, soit 4% du total des arrestations.

Sur la liste des records, c’est la préfecture de police d’Oujda qui a enregistré le plus grand nombre d’arrestations: 451 personnes, suivie de la préfecture de police de Fès et Casablanca avec respectivement 394 et 392 arrestations.  Meknès et Rabat sont en bas de liste avec un nombre de 370 et de 281 interpellations, indique le communiqué.

Mieux que l’année dernière. La DGSN estime que le nombre des arrestations dépasse de plus de 25% celui de l’an précédent, soit 651 individus. Et d’ajouter que les affaires criminelles traitées ont également augmenté de 27%, soit 659 affaires de plus par rapport à l’année scolaire 2016-2017.

Cette hausse, la DGSN l’attribue au renforcement de la sécurité dans le périmètre des établissements scolaires. L’activation du rôle des brigades mixtes chargées du ratissage du milieu scolaire et la multiplication des patrouilles de police pédestres et motorisées y sont pour beaucoup.

La DGSN ajoute à ces mesures le soutien des interventions de terrain visant à lutter contre les affaires de drogues et de psychotropes, et la consolidation de la coordination et du partenariat avec les différents acteurs institutionnels et civils opérant dans le milieu scolaire.