MAROC
07/11/2018 12h:40 CET

Plus de 100.000 migrants ont rejoint clandestinement les côtes européennes en 2018

Et près de 2000 migrants sont morts en Méditerranée cette année.

SOPA Images via Getty Images
Des migrants attendent leur tour dans une tente de la Croix Rouge à Malaga en Espagne après avoir été sauvés par le service de sauvetage maritime espagnol en octobre 2018.

IMMIGRATION CLANDESTINE - La Méditerranée continue d’être la route la plus empruntée par les migrants pour rejoindre l’Europe. En 2018, plus de 100.630 migrants et réfugiés ont réussi à atteindre les côtes européennes selon le dernier rapport de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publié le 6 novembre sur son site.

Près de la moitié de ces migrants sont arrivés en Espagne qui a été, cette année, la destination de 49.013 migrants. La Grèce a quant à elle enregistré 27.715 arrivées de migrants suivie par l’Italie qui en a reçu 22.167.

Huffpost MG

Les Tunisiens constituent la majorité des migrants ayant rejoint l’Italie cette année avec plus de 4.827 migrants, suivis par les Érythréens (3.077), et les Soudanais (1.596). L’Irak, le Pakistan, le Nigéria, l’Algérie, la Côte d’Ivoire, le Mali et la Guinée font également partie des pays d’origine principaux des migrants en 2018, selon le ministère italien de l’Intérieur.

Pour la cinquième année consécutive, le nombre de migrants en Méditerranée a dépassé le seuil de 100.000 personnes. L’OIM souligne cependant que ce chiffre a été dépassé bien plus tôt en 2017: le seuil a été atteint en juin et a vite été dépassé, en 2016, au mois de février.

Traversée fatale

Cette traversée a cependant un prix. À l’instar des années précédentes, la région de la Méditerranée a enregistré le plus de décès parmi les migrants. Sur les 3.114 migrants décès enregistrés cette année dans le monde, plus de 1989 sont morts en voulant traverser la Méditerranée. Ces derniers ont soit été retrouvés morts sur les plages, dans les hôpitaux après avoir été repêchés malgré les soins qu’ils ont reçus, où n’ont jamais été retrouvés.

Organisation internationale pour les migrations

La route migratoire de la Méditerranée centrale demeure la plus fatale. Plus de 1.267 migrants voulant rejoindre l’Italie ou Malte se sont noyés dans cette zone qui longe la côte ouest de la Libye. La route méditerranéenne occidentale, qui longe le nord du Maroc et de l’Algérie et le sud de l’Espagne, a enregistré quant à elle plus de 566 morts.

S’ils ne sont pas forcément d’origine marocaine, beaucoup de migrants décédés ont été retrouvés dans les plages au nord du royaume. Le plus récent étant un Tunisien dont le corps a été retrouvé le 29 octobre dans une plage près de Nador alors qu’il essayait de rejoindre l’enclave espagnole de Melilla par la mer.

Bien que le chiffre de morts en 2018 est alarmant, il reste néanmoins plus bas que celui des années précédentes où l’OIM a enregistré 2.960 morts en 2017 et près de 3.780 en 2016 dans la même période.

De son côté, l’Association marocaine des droits humains (AMDH) avait qualifié l’année 2018 comme “la plus meurtrière” après avoir enregistré plus de 102 morts depuis le début de l’année dont des Marocains et Subsahariens.