ALGÉRIE
05/11/2018 11h:06 CET

PLF 2019 : 100 milliards de dinars pour les plans de développement communaux

Le gouvernement expérimente dans dix communes pilotes une nouvelle méthode d’élaboration des PCD. Les PCD « nouvelle génération » devraient permettre que les objectifs de développement soient consensuels car élaborés en accord avec les acteurs locaux et les opérateurs économiques.

NurPhoto via Getty Images

Le gouvernement propose, dans le projet de loi de finances pour 2019, d’affecter une enveloppe de 100 milliards de dinars (837 millions de dollars) aux plans communaux de développement (PCD). C’est ce qu’a déclaré hier à Alger le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales Noureddine Bedoui, cité par l’agence Algérie Presse Service (APS).

Noureddine Bedoui, qui présentait le budget de son ministère devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), a précisé que cette enveloppe permettra aux communes “de répondre aux besoins directs des citoyens et de prendre en charge les projets locaux de proximité”, notamment dans le domaine de l’approvisionnement en eau potable, de l’’assainissement et du désenclavement.

La répartition par communes de ces 100 milliards de dinars, a ajouté le ministre, se fera de façon concertée avec le ministère des Finances et tiendra compte de “critères objectifs et d’indicateurs démographiques, géographiques et financiers”.

Lancés dans les années 1970, les plans communaux de développement sont, en Algérie, un des principaux instruments de développement local, surtout dans les communes rurales marginalisées, situées principalement dans les zones montagneuses et steppiques.

 

Des PCD “nouvelle génération”

Le gouvernement algérien expérimente depuis la rentrée sociale 2018-2019 une nouvelle méthode d’élaboration des PCD dans dix communes pilotes. Cette expérimentation se mène dans le cadre d’un “Programme de renforcement des capacités des acteurs du développement local” (CapDel).

Les communes pilotes concernées sont celles de Ghazaouet (Tlemcen), Ouled Ben Abdelkader (Chlef), Tigzirt (Tizi Ouzou), Djemila (Setif), Beni Maouche (Bejaïa), El Khroub (Constantine), Babar (Khenchela), Messaad (Djelfa), Timimoun (Adrar) et Djanet (Illizi).

Le programme CapDel associe les acteurs locaux ainsi que les opérateurs économiques à la planification stratégique au niveau communal. Les PCD « nouvelle génération » devraient ainsi permettre que les objectifs de développement soient consensuels car élaborés de façon participative.

Soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement en Algérie, ce programme a deux objectifs. Le premier est un appui à “la modernisation de l’administration” aux “stratégies sectorielles hors-hydrocarbures”. Le second est un appui au “développement des capacités des acteurs locaux pour favoriser le développement local et l’accès à des services publics de qualité”.