12/03/2016 07h:29 CET | Actualisé 13/03/2016 18h:44 CET

Pierre Gattaz: "Les entreprises françaises sont prêtes à travailler plus avec le Maroc, notamment en Afrique"

© CITIZENSIDE/GILBERT LAM
Pierre Gattaz, président du patronat français (MEDEF) et Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

ENTREPRISES – C’est une rencontre qui devrait donner un coup d’accélérateur au partenariat franco-marocain sur le front de l’entreprenariat. Une délégation du Mouvement des entreprises de France (Medef), comportant une centaine d'entreprises dont 80% sont des petites et moyennes entreprises (PME), a entamé jeudi 10 mars une visite au Maroc.

Des sociétés qui opèrent dans les secteurs de la construction, la logistique, le transport, l'environnement, l'énergie, l'industrie et l'innovation, et des établissements d'enseignement supérieur et professionnel, ont entamé leur tournée à Tanger, où elles ont notamment visité le port de Tanger Med et l'usine Renault. La délégation s’est également rendue à Casablanca et Rabat, où elle a rencontré des membres du gouvernement marocain.

Consolider les partenariats

La visite, initiée par l'Université internationale de Rabat (UIR) et l'ambassade de France au Maroc, en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), s’inscrit "dans le cadre de la consolidation de partenariats durables entre les deux pays, notamment à travers la promotion de la coopération entre PME et la formation des compétences dans les métiers d'avenir grâce à des partenariats intenses entre les entreprises et des universités", a souligné Pierre Gattaz, président du Medef.

Une présence "renforcée" des PME françaises au Maroc, en plus des entreprises du CAC 40 qui sont déjà implantées dans le pays, "permettra la création naturelle d'écosystèmes d'affaires, qui favoriseront à leur tour davantage d'investissements", a-t-il ajouté.

A la conquête de l'Afrique

"Le Medef ambitionne de travailler davantage avec le Maroc en vue d'initier des projets communs dans le royaume, mais aussi en Afrique", a déclaré, vendredi 11 mars à Rabat, le président de l’organisation patronale française à l'issue d'une réunion avec le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaïd.

L’objectif de ces rencontres étant de "doper le flux commercial entre les deux pays et prospecter les opportunités d'investissement pour les entreprises françaises et marocaines, particulièrement sur le marché de l'Afrique subsaharienne".

Pour ce faire, Pierre Gattaz entend notamment miser sur des secteurs tels que "l’énergie, l'industrie, l'économie numérique, le recyclage des déchets, l'eau et le transport".

Pour les entreprises françaises, la stratégie sud-sud entamée par le roi semble gagnante. Pour rappel, en mai 2015, Mohammed VI avait effectué une tournée africaine au Sénégal, en Guinée Bissau, en Côte d'Ivoire et au Gabon. Il s'agissait là de la troisième tournée du genre en trois ans sur le continent africain.

Sur le plan économique, plus de la moitié des investissements directs à l'étranger (IDE) du Maroc ont concerné l'Afrique au cours des cinq dernières années, pour un montant avoisinant les 17 milliards de dirhams, selon l'Office national des changes.

En janvier 2015, de nouveaux accords de coopération avait également été scellés avec Abidjan à l'occasion d'une visite au Maroc du président ivoirien Alassane Ouattarra. En 2014, le monarque avait procédé à la signature d’une dizaine d'accords dans les domaines économiques, politiques et religieux, lors de sa tournée au Mali, en Côte d'Ivoire, en Guinée et au Gabon.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Les personnalités clés de la relation Maroc-France Voyez les images