ALGÉRIE
15/04/2019 14h:07 CET

Pétrole: le panier de l'OPEP progresse à 70,44 dollars le baril

Vendredi, les prix du pétrole grimpaient en cours d’échanges européens, en nette hausse hebdomadaire alors que les baisses de production, volontaires ou non, se multiplient à travers le monde.

shaadjutt via Getty Images

Le prix du panier de quatorze pétroles bruts, qui sert de référence à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a progressé, vendredi à 70,44 dollars le baril, contre 70,41dollars, la veille, a indiqué lundi l’Organisation pétrolière sur son site web.

Introduit en 2005, le panier de référence de pétrole brut de l’OPEP (ORB) comprend actuellement le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djen (Congo),Oriente (Equateur), Zafiro (Guinée Equatoriale),Rabi light (Gabon), Iran Heavy (Iran),Basra Light (Irak), Kuwait Export (Koweït), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigéria), Arab Light (Arabie saoudite), Murban (Emirats arabes unis) et Mery (Venezuela).

Vendredi, les prix du pétrole grimpaient en cours d’échanges européens, en nette hausse hebdomadaire alors que les baisses de production, volontaires ou non, se multiplient à travers le monde.

Dans l’après-midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 71,34 dollars à Londres, en hausse de 51 cents par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril de WTI pour le contrat de mai prenait 45 cents à 64,03 dollars.

Sur la semaine, le Brent gagnait 1,42% et le WTI 1,51%.

Le WTI se dirigeait vers sa sixième semaine consécutive de progression, et les deux marchés s’approchaient de leurs plus hauts en cinq mois atteints mercredi pour la référence européenne à 71,78 dollars et mardi pour le WTI à 64,79 dollars.

“Ces gains sont dus aux craintes de perturbations de l’offre en Libye”, où de violents affrontements ont repris, et aux baisses volontaires de production de l’OPEP et de ses partenaires, a commenté un analyste.

Alors que l’OPEP et l’Agence internationale de l’Energie (AIE) ont publié leurs rapports mensuels, les regards se tournent vers les réserves de brut des pays de l’OCDE, indicateur clef du marché.

“Le vent tourne enfin, puisque selon l’AIE, les réserves ont nettement reculé en février après trois mois de hausse”, a commenté un autre analyste.