ALGÉRIE
11/05/2018 19h:45 CET | Actualisé 12/05/2018 11h:14 CET

Pétition de soutien à Me Ali Yahia Abdenour

FAROUK BATICHE via Getty Images
Pétition de soutien à Me Ali Yahia Abdenour

De nombreuses personnalités politiques, du monde des arts et des journalistes ont initié aujourd’hui une pétition en soutien à l’avocat et militant des droits de l’Homme Me Ali Yahia Abdenour.

Les signataires de la pétition affirment soutenir l’avocat dans son droit de régularisation de l’acquisition d’un bien qu’il occupe depuis les années 60 et dénoncent l’“empêchement” d’acquisition de son appartement.

Les signataires du texte condamnent “fermement les pratiques du régime politique, de son administration et de ses différents appareils” et exigent l’arrêt des “violations des droits de la personne humaine conformément  aux dispositions de la Constitution”.

“Compte tenu de l’état chaotique que traverse l’Algérie et considérant l’injustice, l’arbitraire, la corruption et la violence qui gangrènent l’ensemble de la société algérienne, compte tenu de la déchéance symbolique et morale du régime politique à tous ses niveaux et compte tenu d’une indéniable vengeance politique, d’un acharnement haineux, d’un déni flagrant de justice et des dommages moral et matériel que fait subir le pouvoir en place à Maître Ali Yahia Abdennour, nous prenons à témoin l’ensemble du peuple algérien quant aux grandes dérives du régime menaçant la sécurité et le devenir du pays”, soutiennent encore les initiateurs de la pétition.

Parmi les signataires de la pétition publiée par les médias aujourd’hui, on remarque les noms de Ahmed Taleb Ibrahimi, Rachid Benyelles, Hocine Benhadid, Noureddine Benisaad, Lakhdar Bouregaa, Ahmed Benbitour, Rachid Hanifi, Soufiane Djilali,  Abdellah Djaballah, Karim Tabbou, Nacer Boudiaf. On relève aussi les noms des avocats Mustapha Bouchachi, Mokrane Ait Larbi, Salah Dabouz, les journalistes Saïd Djaafer, Mustapha Hmissi, Ali Draa, Ali Djeri, et le réalisateur Bachir Derrais.

Pour rappel, Ali Yahia Abdenour avait convoqué le 6 mai dernier une conférence de presse pour dénoncer “l’injustice” qu’il subissait et le “dénigrement” de son droit d’acquérir son appartement sis à l’avenue Bougara à El Biar. La direction des Domaines, avait-il soutenu “a le devoir d’appliquer la loi sur les biens vacants à tous les citoyens et ne peut en exclure certains pour des raisons inavouées”.

 

Loading...