ALGÉRIE
17/09/2019 13h:19 CET

Pénurie de médicaments : pas moins de 50 produits en rupture

Tero Vesalainen via Getty Images
Customer in pharmacy holding medicine bottle. Woman reading the label text about medical information or side effects in drug store. Patient shopping pills for migraine or flu. Vitamin or zinc tablets.

Au moins 50 médicaments sont en en totale rupture, a révélé, mardi,  Messaoud Belambri, président du Syndicat national Algérien des pharmaciens d’officine, précisant que cette rupture concerne à la fois les produits importés et ceux produits localement.

Invité de la chaine 3 de la radio nationale, M.Messaoud Belambrimet le doigt sur le dysfonctionnement  affectant  le marché du médicament en Algérie en faisant état de l’absence de stratégie cohérente dans ce créneau.

Sur les 600 grossistes de produits de soins, seuls 150 sont visibles sur le marché relève l’intervenant qui juge que les différentes mesures prises à chaque rupture ne suffisent pas pour réguler un marché aussi vital. Il recommande, à ce propos d’aller “vers une réforme profonde” pour éviter d’avoir à revivre, à chaque fois, ces ruptures, une réforme dont il estime qu’elle devrait toucher le marché du médicament sous tous ses aspects et à tous les niveaux.  

Plaidant, par ailleurs, en faveur de l’attribution d’autorisations d’importations du médicament aux seuls producteurs nationaux, l’invité de la Chaine 3, explique qu’elle aura des effets incitatifs à l’investissement national, pour peu qu’elle soit accompagnée d’un contrôle rigoureux de la production.

Jugeant, d’autre part, qu’on ne saurait accorder une autorisation d’importation ”à quelqu’un qui ne fait pas le moindre effort pour investir en Algérie”, M. Belambri signale que son organisation prône l’institution d’un contrôle et d’un encadrement de la production ainsi que des opérations d’importations.