LES BLOGS
28/06/2018 14h:37 CET | Actualisé 28/06/2018 14h:37 CET

Pedro Alonso de la Casa de Papel décrypte trois aspects de son personnage

"Berlin" est l'un des personnages les plus charismatiques de la série.

DR

La Casa de Papel créée par Alex Pina et Esther Martinez Lobato a remporté la Nymphe d’or de la meilleure série dramatique au 58ème Festival International de Télévision de Monte-Carlo. Pedro Alonso y incarne “Berlin”, l’un des personnages les plus charismatiques de la série. Il est le leader de la bande de malfaiteurs choisie par El Profesor (Alvaro Morte) pour réaliser le casse parfait. La mission: infiltrer la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre afin d’imprimer 2,4 milliards d’euros, en moins de onze jours, sans verser une goutte de sang et sans voler personne... Les deux premières saisons de la série espagnole ont remporté un succès considérable inattendu en Europe. Malgré une fin sans ambiguïté à l’issue du second volet, Netflix annonce d’ores et déjà une suite. Comme à son habitude, la plateforme américaine ne laisse filtrer aucune information. Pedro Alonso revient sur la complexité de son personnage et dévoile malgré tout quelques pistes sur les saisons à venir.

Le format long de la série autorise le développement de l’intrigue et de la psychologie des personnages. Au fil des épisodes, les fans entrent dans leur intimité, et découvrent souvent des personnalités ambiguës et complexes. Le charisme du personnage de Berlin fascine, car son rapport à autrui est beaucoup plus subtile et ambivalent qu’il n’y paraît.

Portés par le succès de la chanson “Bella Ciao”, chant des partisans antifascistes italiens, les braqueurs de Casa de Papel ne font manifestement pas le casse uniquement pour l’argent. Ils sont également poussés par un idéal romantique et contestataire du système.