MAROC
04/03/2019 13h:02 CET

Pays-Bas: Une mosquée visée par une mise en scène islamophobe

Une mosquée très fréquentée par la communauté marocaine de la ville.

twitter/Al Yaqueen

PAYS-BAS - Les fidèles de la mosquée As-Sunnah à La Haye, dans l’ouest des Pays-Bas, ont eu une bien mauvaise surprise. Comme le rapporte la presse hollandaise, alors qu’ils s’y rendaient pour effectuer la prière du matin, des fidèles de cette mosquée, très fréquentée par la communauté marocaine, ont découvert une banderole placée devant les portes de l’édifice religieux.

Dessus en lettres capitales, des insultes sont formulées à l’encontre du prophète Mohammed et qualifient le Coran de “poison”, rapporte le média local Bnnvara. Ses auteurs ont également placé à côté de la banderole un mannequin arborant une barbe, portant une jellaba mais aussi une poupée au niveau de l’entrejambe.

Selon la même source, l’incident a eu lieu à l’heure où des jeunes enfants se rendent à la mosquée pour des cours d’éducation islamique.

“Ce matin, la fondation As-Sunnaha été attaquée de manière terrible par les néo-nazis de Pegida. Nous avons été à plusieurs reprises victimes de la haine et des menaces des néo-nazis, mais jamais auparavant d’une manière aussi sinistre. Méfiez-vous! Des images choquantes!”

L’attaque a été revendiquée par le groupe d’extrême droite Pegida, “mécontents du fait que ses demandes de manifestations devant la mosquée soient toujours rejetées par la Maire”, rapporte Bnnvara.

“Une attaque contre le monde musulman”

Abdelhamid Taheri, président de la Fondation As-Sunnah, a de son côté déclaré dans un communiqué repris par la presse, que les faits se seraient produits vers cinq heure du matin alors que des fidèles se trouvaient déjà dans la mosquée pour la prière du matin.

Dans une vidéo de surveillance, publiée par la mosquée sur son compte Facebook, on peut voir deux hommes et une femme installer la banderole et placer un mannequin à 5h15 du matin. Une mise en scène qui n’a pris que quelques minutes, comme on peut le voir sur ces images:

Pour le président de la Fondation As-Sunnah, “ce n’est pas une attaque contre notre mosquée à elle seule, mais une attaque contre le monde musulman dans son ensemble”, rapporte la radio néerlandaise Omroep West.

Si ce dernier affirme que la “police du quartier fait de son mieux”, il dit avoir peu foi en des répercussions pénales: “les plaintes d’attaques antérieures sur notre mosquée n’ont jamais rien données”, affirme-t-il, cité par la même source.

La Maire de la ville Pauline Krikke s’est dite “horrifiée” par l’incident: “A La Haye, nous avons le droit d’être en désaccord les uns avec les autres, mais dans le cadre de la loi et dans le respect des idées de chacun, sans se blesser inutilement”, a-t-elle déclarée dans un communiqué relayé sur les réseaux sociaux:

“Déclaration du maire Pauline Krikke à la suite de l’incident survenu à la mosquée As-Sunnah”

Du côté de Pegida, non seulement son porte-parole revendique l’incident, mais n’y voit rien d’illégal: “Rien n’est attaché à la mosquée. Tout est sur la voie publique”, rapportent ces derniers, cités par Omroep West.

Particulièrement actif en Allemagne, Pegida (Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident, ou “Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes”, en allemand), est un mouvement de droite populiste responsable ces dernières années de plusieurs attaques de mosquées, mais aussi d’attaques contre des réfugiés.

La mosquée de La Haye avait déjà été visée par une attaque islamophobe en novembre 2018, selon Omroep West, fomentée par un autre groupement d’extrême-droite, Verzet. Ces derniers s’étaient également vus déboutés par la Mairie de la ville au moment de demander une autorisation de manifester devant la mosquée, rapporte la même source.

“Voici la preuve que nous craignons tous. Verzet ne s’arrête pas après une interdiction de manifester et renforce  sa politique de lutte contre les musulmans.

Hier matin, deux lâches de ce groupe ignoble ont accroché une banderole en silence contre une des clôtures entourant notre mosquée. C’était peu de temps avant que de nombreux enfants n’arrivent à la mosquée. Et la première chose qu’ils voient: un message discriminatoire et haineux indiquant qu’ils ne sont pas les bienvenus aux Pays-Bas !

Si cela s’était passé près d’une synagogue, la politique et les médias (à juste titre) en feraient l’information principale! Mais maintenant que ça se passe chez les musulmans, personne ne réagit. (...) Cette action montre une fois de plus qu’il ne s’agit plus de savoir où mais quand ces actes vont se transformer en violence contre les musulmans! La société ne doit pas l’accepter.

Administration de la fondation As-Sunnah”