TUNISIE
22/05/2019 14h:31 CET | Actualisé 22/05/2019 15h:47 CET

Parlement: La commission des finances donne son feu vert pour un emprunt obligataire de 800 millions de dollars

Une sortie sur le marché financier international en vue de financer le budget de l’Etat pour l’année 2019

SARINYAPINNGAM via Getty Images

La commission des finances, de la planification et du développement au sein de l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP), a approuvé, mercredi, la demande de l’Etat tunisien de sortir sur le marché financier international pour l’émission d’un emprunt obligataire de 800 millions de dollars ou d’euro (selon la situation du marché en vue de financer le budget de l’Etat pour l’année 2019).


En tout, 13 députés ont voté pour alors que deux députés ont voté contre cette décision, à savoir Rim Mahjoub et Mongi Rahoui, lors d’une séance d’audition du ministre des Finances, Ridha Chalghoum, tenue ce mercredi 22 mai 2019.


“Cet emprunt va aggraver la situation d’endettement de la Tunisie envers les institutions financières internationales,” confie Rahoui à la TAP estimant que son montant est très élevé. Il s’agit, selon lui, d’une mauvaise démarche qui menace l’économie tunisienne.


Le ministre des Finances, Ridha Chalghoum a fait remarquer, toutefois, que “la Tunisie a besoin de mobiliser des ressources à travers des emprunts extérieurs et de fournir de la devise au pays”. 


Pour mémoire, la Commission des finances, de la planification et du développement avait rejeté, auparavant la demande d’émission de cet emprunt suite à la demande du gouvernement déposée auprès de l’assemblée, le 3 mai 2019.

Chaque fois que l’étau se resserre, l’Etat trouve généralement refuge dans les banques nationales. Ces dernières procurent des avantages considérables concernant notamment le faible coût comparé aux taux sur le marché financier international.

 

Un avantage attractif qui laisse l’Etat compter, à maintes reprises, sur les banques pour relancer l’économie et créer des emplois. Récemment, un accord de crédit en devises, d’un montant de 356 millions d’euros, soit l’équivalent de 1230 millions de dinars a été signé avec 12 banques en Tunisie, pour la mobilisation de ressources au profit du budget de l’Etat, dans le cadre des dispositions de la Loi de Finances pour l’exercice 2019.

Face à une croissance modeste, un manque de liquidité, des dettes élevées et une inflation galopante, le gouvernement tunisien peine visiblement à surmonter sa crise économique. 

 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.