ALGÉRIE
15/07/2015 23h:07 CET | Actualisé 15/07/2015 23h:09 CET

Le Parlement grec adopte les premières réformes en préalable à une 3e aide

ASSOCIATED PRESS
Greece's Prime Minister Alexis Tsipras delivers a speech during a parliament meeting in Athens, Thursday, July 16, 2015. Greece's Parliament has approved an austerity bill demanded by bailout creditors, despite a significant level of dissent from the governing leftist Syriza party. The bill to impose sweeping tax hikes and spending cuts was approved with the support of three pro-European opposition parties. (AP Photo/Thanassis Stavrakis)

Le Parlement grec a accepté jeudi la série de dures réformes exigées par les créanciers (BCE, UE et FMI) en préalable à un nouveau plan d'aide, selon l'AFP, qui a précisé qu'un premier calcul permet de savoir que 229 députés ont validé le texte, 6 se sont abstenus et 64 ont voté contre ces mesures.

Des mesures qui comprennent, entre autres, des hausses de TVA et une réforme des retraites.

Le camp du premier ministre Alexis Tsipras avait pourtant enregistré avant le vote des défections remarquées, notamment celle de l'ancien ministre des finances, Yanis Varoufakis, ou celle de la présidente du Parlement, Zoé Konstantopoulou.

Alexis Tsipras avait lancé juste avant le vote un ultime appel aux députés grecs pour les convaincre d'approuver le compromis conclu lundi avec ses partenaires européens. "Nous n'y croyons pas, mais nous sommes contraints de l'adopter", avait déclaré le premier ministre, qui jugeait le plan "très mauvais", acceptant quand même pour éviter "un désastre".

"Forcé de la accepter"

"Je reconnais que ces mesures budgétaires sont rudes, qu'elles ne seront pas bénéfiques pour l'économie, mais je suis forcé de les accepter", a-t-il poursuivi, soulignant que l'accord de lundi était assorti d'un engagement fort en faveur d'une restructuration de la dette.

"S'il existe un moyen de sortir l'économie de la crise, il passe par la possibilité d'une restructuration de la dette et c'est garanti à moyen et long terme", a ajouté le chef du gouvernement.

LIRE AUSSI: Accord avec la Grèce : Tsipras "assume la responsabilité du texte signé, auquel [il] ne croit pas, pour éviter le désastre"

Le préaccord passé avec les créanciers de la Grèce prévoit une nouvelle aide de 82 à 86 milliards d'euros conditionnée à l'adoption rapide de réformes à Athènes. Il ne fait qu'une allusion rapide à un possible allègement de la dette grecque, a tenu à rappeler la même source.

LIRE AUSSI: Grèce : échauffourées sur la place Syntagma à Athènes au début du débat parlementaire (PHOTOS)

Galerie photo Grèce: manifestation du 15 juillet 2015 Voyez les images

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.