MAROC
26/10/2018 17h:11 CET

Parité à la Chambre des conseillers: Benchamach regrette le départ des femmes

"Neila Tazi et Touria Lahrach sont des femmes très actives au sein de la Chambre des conseillers”

Hakim Benchamach/Facebook

PARITÉ - Leur départ a suscité la foudre auprès des militantes des droits de la femme. Neila Tazi, 5ème vice-présidente de la Chambre des conseillers représentant la CGEM, et Touria Lahrach, coordinatrice du groupement de la CDT au sein de cette même institution législative, ont été remplacées par Abdelhamid Souiri et M’barek Sadi. “Une élimination méthodique des femmes des postes de décision!”, crient les défenseurs de la parité. Une situation que déplore la présidence de la Chambre des conseillers.

Au HuffPost Maroc, le président de la 2ème Chambre du Parlement, Hakim Benchamach, exprime ses regrets quant aux résultats de l’élection du bureau et des présidents des commissions permanentes organisée le 24 octobre 2018. “Toutes les composantes politiques et syndicales de la Chambre en sont responsables”, nous affirme-t-il, soulignant qu’il ne s’agit aucunement, pour la présidence, “d’élimination systématique de la gent féminine” et/ou “de non respect du principe de la parité”. Car, soutenir cette thèse, à son sens, c’est faire preuve de “méconnaissance des règlements et procédures internes”.

Ces règlements accordent à chaque groupe et groupement parlementaire le droit de choisir son candidat au poste de responsabilité (président de groupe et de groupement, membre du bureau et président de commission permanente). Et à aucun moment, la présidence n’intervient sauf “pour soumettre la liste des candidats au vote lors d’une séance plénière selon les règlements en vigueur”.

Qualifiant Neila Tazi et Touria Lahrach “de femmes très actives au sein de la Chambre des conseillers”, Benchamach estime “malheureux” que “suite à des décisions propres au groupe et groupement dont elles sont membres, elles aient été remplacées par d’autres candidats”. Toutefois, “cela ne réduirait en rien, à mon avis, leur engagement et leur dévouement à remplir leurs fonctions et à défendre les causes pour lesquelles elles ont été élues membres de la Chambre des conseillers”, confie-t-il.

Sur le respect du principe de la parité, le président n’a pas de recette miracle. Il soutient, par contre, farouchement, la qualité du rôle que jouent les femmes membres de la deuxième Chambre. “Elles se distinguent par un dévouement inédit et par un engagement affirmé en faveur d’une action parlementaire efficace et responsable”, témoigne-t-il. Et de souligner sa conviction que les femmes continueront à contribuer à la réussite de la mission de la Chambre des conseillers “qui représente les voix des territoires, des professionnels, des travailleurs et des employeurs”.