MAROC
10/09/2018 11h:44 CET | Actualisé 10/09/2018 11h:47 CET

Paris: Un mineur marocain poursuivi pour apologie du terrorisme

"Qu’ils crèvent tous ces policiers"

NurPhoto via Getty Images
Une oeuvre street art à la mémoire de Ahmed Merabet, officier de police tué dans les attentats de 2015, non loin de la stèle érigée à sa mémoire.

JUSTICE - La question des migrants mineurs non accompagnés à Paris fait de nouveau surface. Cette fois-ci, il ne s’agit ni d’un appel en renfort des forces de police marocaines, ni d’une demande désespéré des maires de la ville au gouvernement français pour trouver une solution à la situation de ces jeunes migrants qui errent dans les rues de Paris, et notamment du quartier de la Goutte d’or, depuis plus d’un an et demi, mais de la poursuite de l’un entre eux, fait inédit, pour apologie du terrorisme, rapporte Le Parisien.

Âgé de 15 ans et à la rue, ce jeune marocain désigné par le journal local comme un “mineur isolé”, se présente samedi 8 septembre au commissariat du 11ème arrondissement pour espérer obtenir une place en foyer d’accueil. Une demande satisfaite puisque les policiers lui trouvent une chambre dans un foyer du 9ème arrondissement. 

Mais au moment de sortir, le mineur crache son chewing-gum sur une stèle à la mémoire d’Ahmed Merabet, l’officier de ce même commissariat, tué par les frères Kouachi  lors des attentats de Charlie Hebdo, en janvier 2015. “C’est bien fait qu’il soit mort! Qu’ils crèvent tous ces policiers”, crie-t-il devant témoins, rapporte Le Parisien

Ce dimanche, au terme de sa garde à vue, le jeune prévenu a été déféré au parquet de Paris et sera prochainement entendu et jugé pour apologie du terrorisme et outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique.

“On attend une peine exemplaire”, a déclaré Jean-Michel Huguet, du syndicat de Police Alliance Paris, se disnat “outré qu’on salisse la mémoire d’un policier qui a fait un devoir exemplaire pour la France”.