ALGÉRIE
09/03/2019 20h:09 CET | Actualisé 10/03/2019 08h:12 CET

Panique chez les étudiants sommés de quitter les cités, l'ONOU dément la suspension des oeuvres universitaires

DR

C’est la pagaille. Chez les étudiants, dans les cités universitaires, tout comme chez le ministère de l’Enseignement supérieur. Quelques heures après avoir annoncé le début des vacances du printemps dès demain, pour une durée de 25 jours, la tutelle a ordonné aux étudiants hébergés dans des cités de quitter leurs chambres.

Entre temps, l’Office national des oeuvres universitaires (ONOU) a annoncé le maintien de ses services, c’est-à-dire l’hébergement, le transport et la restauration.

Ce samedi, 09 mars 2019, au lendemain de manifestations pacifiques ayants rassemblées des millions d’Algériens contre le 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, a signé une décision mettant les universités d’office en vacances à partir de demain 10 mars et jusqu’au 04 avril.

Mais pas que. Quelques heures plus tard, des étudiants ont appris la fermeture, dès demain, de leurs résidences universitaires. Des annonces ont été placardées dans ces cités, demandant aux étudiants de préparer leurs affaires, ou les informant que le dernier repas assuré par la cantine est celui du diner d’aujourd’hui ou du déjeuner de demain.

Les directions de plusieurs cités universitaires, à Laghouat, Sétif et Ouargla, ont émis des communiqués, confirmant aux étudiants la suspension des services de restauration et de transport dès demain après-midi, où lundi matin au plus tard.

DR

L’annonce a créé la panique chez les concernés. Sur les réseaux sociaux, des étudiants sont ainsi désemparés face aux directives de leurs cités universitaires, et au démenti de l’Office national des oeuvres universitaires.

Cette pagaille a surtout aggravé le courroux des étudiants et des enseignants, qui avaient déjà décidé de marcher, de tenir des sit-ins dans les facultés et de dispenser les cours pour protester contre la décision jugée “arbitraire” du ministre, Tahar Hadjar.