MAROC
09/05/2018 11h:02 CET

PAM: Ilyas El Omari maintient sa démission et ouvre la voie aux candidatures

Si Ilyas El Omari affirme sa démission, il tient, par la même occasion à préciser qu’il ne s’agit pas de quitter son parti.

PARTIS - À quelques jours de la session extraordinaire du conseil national du PAM, prévue le 26 mai, son secrétaire général, Ilyas El Omari, maintient sa démission. C’est ce qu’il a annoncé hier, au cours d’une réunion qu’il a présidée avec Fatima-Zahra Mansouri, à tête du conseil national au siège du parti à Rabat. A l’ordre du jour: préparer cette session extraordinaire et en définir le programme, dont l’élection d’un nouveau secrétaire général du PAM sera l’événement clé. 

Si Ilyas El Omari affirme sa démission, il tient par la même occasion à préciser qu’il ne s’agit pas pour lui de quitter son parti. “Il a réitéré son engagement de principe et effectif de rester dans les rangs du parti pour continuer à défendre ses idées et son projet”, indique un communiqué du parti publié à l’issue de cette réunion.

La voie est donc ouverte pour de nouvelles candidatures à ce poste. L’occasion, pour certains, de remettre “de l’ordre” au sein du parti où des conflits internes se creusent de plus en plus. D’ailleurs, au cours de la réunion d’hier, Ilyas El Omari s’est adressé aux membres du conseil pour les “appeler à la nécessité de préserver les acquis et réussir l’union du parti afin de  relever les défis communs”.  

Après avoir présenté sa démission le 7 août dernier, Ilyas El Omari a réintégré son poste, le 22 octobre, suite à la session extraordinaire du 22e conseil national du parti. Ce dernier avait décidé que le secrétaire général devait “reprendre ses responsabilités à la tête du parti jusqu’à la tenue d’une prochaine session”. Cette période est arrivée à terme le 21 avril, à l’occasion de la tenue de la session ordinaire du Conseil national.

Son retour n’avait fait pas l’unanimité auprès des leaders du parti, où une tentative de scission commençait à se faire sentir. Dans une analyse au HuffPost Maroc, le politologue Mustapha Sehimi, les prises de position de Abdellatif Wahbi, Fatima Zahra Mansouri ou encore Hassan Benaadi ne laissaient aucun doute. “Ils estiment nécessaire une nouvelle direction, une réflexion sur un nouveau projet fédérateur/mobilisateur et déployer le PAM sans Ilyas El Omari, c’est-à-dire sans l’hypothèque de ce dernier”, avait souligné le politologue, précisant que “le PAM, aujourd’hui, est devenu l’otage d’Ilyas El Omari”. 

LIRE AUSSI: