MAROC
21/05/2019 16h:21 CET

PAM: Benchamach relève le président du bureau fédéral de ses fonctions

12 membres du bureau politique ne partagent pas les décisions du SG.

PAM.ma

PARTIS - Il est passé à l’acte. Le secrétaire général du PAM, Hakim Benchamach, a décidé de limoger le président du bureau fédéral du parti, Mohamed El Hamouti. Une mesure prise suite à l’élection du président du comité préparatoire du congrès national du parti Samir Koudar, samedi dernier à Rabat, sans son aval. Sur cette élection, dont le parti rejette toute légitimité, Benchamach a tenu, comme prévu, une réunion d’urgence avec le bureau politique, hier. À l’issue de cette réunion, le PAM a publié un communiqué, ce mardi, dans lequel il annonce les décisions du SG, dont la première est de récupérer sa place à la tête du bureau fédéral.

Cet organe intermédiaire entre le conseil national et le bureau politique du parti était présidé, depuis le 5 janvier dernier, par le député d’Al Hoceima El Hamouti, également membre du bureau politique, suite à un compromis avec le SG. El Hamouti faisait partie, à ce moment-là, de ce qui se faisait appeler “comité des cinq” constitué pour une médiation devant éviter au parti une scission. 

Ce compromis ne tient plus pour Benchamach qui a aussi décidé de transmettre au comité d’éthique du parti l’enregistrement de la réunion du comité préparatoire afin “de trancher juridiquement sur l’ensemble des dépassements et violations enregistrées”. “La poursuite des travaux après la levée de la séance par le SG est un acte illégal, il n’obéit pas aux fondements législatifs, organisationnels et politiques”, a-t-il tenu à réitérer à la fin de cette réunion, appelant “les militants et les militantes du parti à défendre la légitimité des organisations du parti”.  

Ces décisions ont été prises “de manière unilatérale”, d’après Mohamed Soloh, membre du bureau politique du PAM et l’un des signataires de “l’appel pour l’avenir”, lancé il y a quelques jours par la jeunesse du parti. “La réunion n’aura duré qu’une dizaine de minutes. Nous avons été désagréablement surpris par le fait que le SG prenne des décisions si importantes à titre personnel et sans débat. Cela avait l’aspect d’un prononcé de jugements indiscutables”, confie Soloh au HuffPost Maroc. Présent à cette réunion du bureau politique, il affirme qu’en plus des mesures annoncées, Benchamach a aussi “décidé d’adresser un courrier au ministère de l’Intérieur pour interdire toute réunion organisée sur le territoire national par le comité préparatoire sans son accord”. 

Pour ce membre du bureau politique, l’organe exécutif que représente ce dernier “n’a participé à aucun débat portant sur ces décisions”. Et d’ajouter que celles-ci ne font que jeter l’huile sur le feu. “Au lieu de résoudre le désordre organisationnel qu’a connu la réunion du comité préparatoire, on a créé d’autres problèmes avec les différentes organisations du parti qu’on implique là-dedans”, regrette-t-il. Et d’estimer qu’“aujourd’hui, les désaccords politiques au sein du parti montrent l’absence d’une démocratie interne. On ne peut pas travailler avec des compromis forcés et des unanimités forcées aussi”. 

Pour s’exprimer officiellement sur cette annonce faite par Benchamach, le bureau politique a estimé nécessaire de publier, de son côté, un communiqué (ci-dessous). Signé par 12 membres, dont Mohamed El Hamouti, Mohamed Soloh, ainsi que Abdellatif Ouahbi, Aziz Benazzouz et Ahmed Akhchichine, ce communiqué affirme que “les décisions du SG n’engagent que lui”. “Nous maintenons de toutes nos forces la légitimité démocratique,  toutes les décisions prises le 5 janvier et celles des organismes du parti en particulier le conseil national et les bureaux politique et fédéral”.  

DR

Brandissant l’unité du parti, ces signataires appellent les militants du PAM ”à veiller sur les principes de la démocratie interne” et à “adhérer positivement à la dynamique du comité préparatoire du congrès national”. Ils ne remettent pas en question la légitimité de l’issue de la première réunion de ce comité du 18 mai et annoncent la tenue d’une conférence de presse pour révéler ce qui ne va pas au PAM.

“Il n’y aura pas de démission”, rassure Soloh, se montrant convaincu que les militants veulent continuer à se battre pour leur projet commun. Benchamach sera probablement amené à trouver un terrain d’entente pour rétablir l’unité de son équipe.