MAROC
16/09/2019 12h:17 CET

Palestine: Le Maroc appelle à une action immédiate contre les violations d'Israël

Appel lancé dimanche à Djeddah.

- via Getty Images

PALESTINE - Le Maroc a appelé la communauté internationale, plus particulièrement les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, à prendre des mesures “immédiates pour mettre fin à la violation par Israël des droits légitimes des Palestiniens”. Ce, dans le but de parvenir à une solution de deux Etats, décidée par les grandes instances internationales, ainsi que de garantir la sécurité et la stabilité de la région.

C’est dans un discours prononcé lors de la réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), dimanche à Djeddah, en Arabie saoudite, que Mounia Boucetta, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI), Nasser Bourita, a rappelé que “les violations persistantes des droits légitimes des Palestiniens par les autorités israéliennes sapent la solution des deux États et entravent les efforts internationaux pour la relance du processus de paix”. 

La secrétaire d’Etat a souligné que “ces violations persistantes constituaient une source constante de tension, d’extrémisme, de haine et d’instabilité au Moyen-Orient”. Elle a réitéré, à l’occasion, la ferme condamnation par le Maroc des récentes déclarations du premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu,  concernant l’annexion de la vallée du Jourdain et la partie nord de la mer Morte.

Pour Boucetta, ces déclarations représentent “une escalade dangereuse” et augurent d’une nouvelle violation du droit international et des résolutions de la légitimité internationale dont ils sapent tous les efforts déployés pour trouver une solution juste et globale au conflit israélo-palestinien.

La secrétaire d’Etat a réitéré, par ailleurs, le soutien indéfectible du royaume au peuple palestinien et son refus de toute atteinte à ses droits inaliénables,en premier lieu la création d’un État palestinien indépendant aux frontières du 4 juin 1967, avec Al-Qods-Est pour capitale.

Elle a ajouté que la question palestinienne et d’Al Qods Al-Charif “demeureront au cœur du conflit au Moyen-Orient et au centre de l’attention de l’Organisation de la coopération islamique”, qui a été créée pour la défense des droits légitimes du peuple palestinien, et rappelé l’intérêt particulier du roi Mohammed VI, président du Comité Al-Qods, pour la défense de la cause juste des Palestiniens.

Ainsi, le Maroc continuera de coordonner avec les autres pays sur les moyens de soutenir la question centrale de l’OCI qui fédère “les efforts déployés par des acteurs internationaux pour contrer toutes les violations des forces israéliennes contre le peuple palestinien”. 

L’Arabie saoudite, qui préside le 14ème sommet islamique ordinaire, avait appelé, mercredi dernier, à une réunion d’urgence de l’OCI au niveau des ministres des Affaires étrangères pour discuter des déclarations de Netanyahu et élaborer un plan d’action urgent pour contrer cette déclaration.

Mardi dernier, Netanyahu avait promis, en cas de victoire, d’annexer à l’Etat d’Israël une grande partie de la vallée du Jourdain et la partie nord de la mer Morte, territoires palestiniens occupés par l’Etat hébreu depuis 1967.