MAGHREB
04/04/2014 03h:57 CET | Actualisé 04/04/2014 04h:20 CET

Israël annule la libération de prisonniers palestiniens et plombe les pourparlers de paix

Flickr/squirmelia
Israël a décidé d'annuler la libération du dernier groupe de prisonniers palestiniens prévu dans le cadre des pourparlers de paix, a-t-on appris jeudi de source proche des négociations

Israël a décidé d'annuler la libération du dernier groupe de prisonniers palestiniens prévu dans le cadre des pourparlers de paix, a-t-on appris jeudi de source proche des négociations.

La négociatrice en chef israélienne Tzipi Livni a fait part à son homologue palestinien du refus d'Israël d'honorer la promesse de relâcher 26 détenus en raison de la décision de la direction palestinienne de demander l'adhésion à 15 accords et traités internationaux, a précisé cette source.

Mme Livni, ministre de la Justice et chargée des négociations, a rencontré mercredi soir à Jérusalem l'émissaire américain Martin Indyk et le négociateur palestinien Saëb Erakat. Elle a déclaré à la partie palestinienne qu'aucune démarche unilatérale ne ferait avancer les pourparlers et l'a exhortée à renoncer à sa décision d'adhérer à des traités internationaux et à revenir à la table des négociations, a ajouté la source.

Aux termes de l'accord conclu en juillet sous l'égide des Etats-Unis pour renouer le dialogue, l'Autorité palestinienne avait consenti à suspendre toute démarche d'adhésion aux organisations et conventions internationales pendant les neuf mois impartis aux pourparlers, en échange de la libération par Israël de quatre contingents de prisonniers incarcérés avant 1993.

Face à la poursuite de la colonisation, les Palestiniens ont repris la lutte dans les instances internationales

Trois groupes ont été relâchés, mais pour libérer le quatrième contingent, Israël exigeait une prolongation des négociations au-delà de l'échéance du 29 avril.

Les Palestiniens ont donc refusé cette condition supplémentaire en indiquant que l'État hebreux poursuivait sa colonisation. Dès lors, Israël a refusé de relâcher les prisonniers comme convenu le 29 mars, évoquant une suspension de la décision.

Le président palestinien Mahmoud Abbas avait décidé mardi de reprendre la voie de l'ONU afin de progresser vers une pleine reconnaissance de l'Etat de Palestine, en demandant l'adhésion à 15 agences et traités internationaux.

"La direction palestinienne a approuvé à l'unanimité la décision d'adhérer à 15 agences de l'ONU et traités internationaux", a déclaré M. Abbas qui a signé devant les caméras la demande d'adhésion à la Quatrième Convention de Genève, souvent citée par les responsables palestiniens "en raison de son applicabilité aux Territoires palestiniens comme territoires occupés" et à la colonisation.

Cette décision intervient peu après l'annonce d'un nouvel appel d'offres par le gouvernement israélien pour 708 logements dans le quartier de colonisation de Gilo, à Jérusalem-Est occupée et annexée.

Les négociateurs palestiniens réclament, outre l'arrêt de la colonisation, la libération d'un millier de prisonniers supplémentaires, dont des dirigeants tels que Marwan Barghouthi et Ahmad Saadat, des malades, des personnes âgées et des femmes, tandis qu'Israël en propose 420, à sa discrétion, ainsi que l'ouverture permanente du passage frontalier entre la Cisjordanie et la Jordanie et des mesures de regroupement familial, selon la même source.

Un dirigeant de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Abed Rabbo, a indiqué à l'AFP ne "pas être surpris", affirmant qu'"Israël a l'habitude de se dérober aux accords et ententes qu'il a signés".

"C'est la raison pour laquelle les conditions de toutes futures négociations doivent changer radicalement", a-t-il estimé, dénonçant une "politique constante de chantage et de pressions".

Les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens vont échouer à cause de la colonisation active menée par l'Etat hébreu, avait déclaré en mars dernier, Nabil Abou Roudeina, porte-parole palestinien.

LIRE AUSSI: Obama reçoit Abbas et l'appelle à prendre des "risques" pour la paix

Galerie photo Street Art en Palestine Voyez les images
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.