11/05/2018 16h:57 CET | Actualisé 11/05/2018 16h:57 CET

Paiement mobile: CIH Bank entre dans la danse

Un porte-monnaie électronique pour réduire l'utilisation du cash.

CIH BANK

MOBILE BANKING - Après la Banque populaire, c’est au tour de CIH Bank de dégainer son offre pour le paiement mobile (m-paiement). Le groupe bancaire a dévoilé hier 10 mai son porte-monnaie électronique “We Pay”.

Le cash, ennemi numéro 1

L’idée est simple: regrouper en une seule application sur smartphone tous les avantages d’un porte-monnaie classique. Il sera ainsi possible de transférer de l’argent entre particuliers de téléphone à téléphone, de réaliser des transactions à petits montants avec des commerçants, de payer ses factures et même de recevoir les aides de l’État sans devoir se déplacer ou mettre la main à la poche.

“Notre but est justement de réduire au maximum l’utilisation du cash qui reste l’ennemi numéro 1 des opérateurs”, déclare Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank. Et pour cause, si l’utilisation des pièces sonnantes et trébuchantes peut paraître sans frais pour les utilisateurs, les établissements bancaires supportent un coût faramineux pour leur fabrication, leur transport et leur stockage. Selon le chiffre de la banque centrale, gérer le cash a coûté la bagatelle de 10 milliards de dirhams à l’économie marocaine en 2017.

Une manne qui aurait pu être utilisée ailleurs. “C’est en économisant sur les frais générés par la gestion de cash qu’on propose de rémunérer les commerçants qui opteront pour notre solution”, explique le patron du groupe bancaire.

Des transactions immédiates et avec tout le monde

Concrètement, trois grandes catégories d’opérations sont désormais possibles avec “We Pay”. La première concerne les échanges PtoP (Peer to peer). Destinées aux particuliers, ces opérations comprennent l’envoi instantané d’argent entre deux comptes “We Pay”, mais également entre un compte “We Pay” et n’importe quel porte-monnaie électronique grâce à l’interopérabilité consenti par Bank Al-Maghrib (BAM) entre les opérateurs. D’ailleurs, le CIH affirme avoir lancé des tests en ce sens depuis un mois et l’option devra être disponible dès juillet 2018.

Gratuit pour les petits montants, l’envoi d’argent entre particuliers sera payant au-delà d’une certaine somme qui n’a toujours pas été fixée par le comité de pilotage de BAM. La direction de CIH tient toutefois à rassurer, les frais seront très bas. De quoi déranger les enseignes de transfert de fonds de la place.

Et comme il est impossible de se passer tout à fait de cash, le CIH, réaliste, offre à ses clients “WePay” la possibilité de mettre à leur disposition du liquide dans les différents guichets automatiques de la banque. Pour dépanner, ils pourront même retirer de l’argent de chez l’épicier du coin qui devra être agréé par l’établissement.

L’épicier, ce banquier 2.0

Ce dernier est d’ailleurs au centre de la deuxième catégorie d’opérations. Véritable petit banquier 2.0, le commerçant agréé “We Pay” pourra recevoir de l’argent afin d’alimenter les porte-monnaies électroniques de ses clients particuliers, leur créer des comptes, leur donner du liquide et même payer leurs factures. Il sera rémunéré par commission sur chaque opération, promet Rahhou, grâce à l’argent économisé par la banque sur la gestion du cash. Pour mieux cibler cette communauté, CIH a même prévu de créer une société de paiement affiliée.

Pour les commerçants non agréés qui souhaitent juste être payés sur leur compte “WePay”, une tarification dégressive a été mise en place par la banque qui permettra de réduire les coûts des transactions à mesure que leur volume augmente.

3 plafonds pour le compte de paiement

Enfin, une troisième catégorie d’opérations a été pensée par l’application qui concerne les relations entre l’Etat et les citoyens ou le GtoP (Governement to peer). Que ce soit pour les aides sociales, les pensions aux veuves ou pour toute autre allocation, les bénéficiaires pourront recevoir leur dû directement sur leur porte-monnaie électronique. Il leur faudra néanmoins créer un compte, qu’il soit bancaire ou juste de paiement grâce à leur numéro de téléphone.

Attention toutefois, un compte créé avec ce seul numéro ne permettra qu’un plafond de 200 dirhams et le client devra fournir ses identifiants personnels et numéro de CIN afin de pouvoir relever ce plafond à 5.000 dirhams. Finalement, seul un déplacement physique vers une agence afin de signer un contrat permettra de porter ce montant à 20.000 dirhams.

À noter que CIH Bank a choisi l’opérateur HPS comme partenaire switch. Ce dernier s’occupera de l’interopérabilité et serait même en train d’étudier la possibilité d’offrir ce service sur les téléphones classiques grâce à la technologie USSD afin de toucher les personnes qui ne disposent pas de smartphones. Le CIH promet par ailleurs d’offrir encore plus d’options très prochainement dont notamment la possibilité de payer sans contact avec son téléphone que ce soit au Maroc ou à l’international dans la limite de la dotation touristique.

LIRE AUSSI: