MAROC
21/12/2018 15h:54 CET

Oukacha: Un détenu se dit victime d'un viol et d'une agression qui lui a coûté la vue, la direction de la prison dément

"Ils lui ont arraché les yeux et les lui ont posés sur le torse".

Huffpost MG

SOCIÉTÉ - Suite à la diffusion d’une vidéo virale dans laquelle la famille d’un détenu de Oukacha évoque l’agression violente dont il aurait été victime le vendredi 14 décembre dernier, la direction de la prison locale de Ain Sebaa 1 (Oukacha) de Casablanca apporte sa version des faits. 

“L’allégation selon laquelle le détenu concerné aurait été victime de viol et aurait eu les yeux arrachés par d’autres détenus, dont le frère de la jeune fille violée crime pour lequel il a été lui-même incarcéré, n’est que mensonge et divagation”, souligne la direction de la prison dans un communiqué diffusé par la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), démentant que le frère de la jeune fille violée n’est pas incarcéré dans cette prison. La même source ajoute que “le détenu en question était isolé des prisonniers et placé sous la surveillance d’un employé”. Il se serait ainsi  “couvert la tête d’un drap, faisant semblant de dormir avant de s’arracher lui même les yeux de ses propres mains”.

Transporté à l’hôpital 20 Août à Casablanca pour recevoir les soins nécessaires, l’homme s’en serait déjà pris à sa personne et aurait précédemment “menacé de se suicider” à l’aide d’un objet tranchant, précise la même source. Suite à l’incident survenue la semaine dernière, le jeune homme aurait été présenté à un neuro-psychologue à l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca, où il serait placé sous observation, poursuit la DGAPR. 

Une version qui s’oppose à celle livrée par les proches du détenu. Dans une vidéo de ChoufTV qui cumule plus de 400.000 vues à l’heure où nous publions cet article, la soeur du détenu parle d’un viol sur son frère de 27 ans perpétré par 10 prisonniers au sein de l’établissement pénitentiaire, durant la nuit du vendredi 14 décembre. Les agresseurs, accompagnés du frère de la jeune fille violée par la victime, auraient également donné “un coup de couteau à la gorge”. “Puis ils lui ont arraché les yeux et les lui ont posés sur le torse”, ajoute en pleurs la jeune femme qui évoque la perte totale et définitive de la vue de son frère. 

L’affaire est actuellement portée devant le parquet et des membres de la police judiciaire ont été envoyés pour écouter le patient afin d’enquêter sur l’affaire, conclut le communiqué de la DGAPR.