MAROC
03/07/2018 13h:55 CET

Oujda: Une femme soutient avoir été frappée dans un marché par un policier, la DGSN ouvre une enquête

La vidéo de l'incident a été largement partagée sur les réseaux sociaux.

DR

FAIT-DIVERS - “C’est un policier qui m’a frappée”, soutient une femme au visage ensanglanté, dans une vidéo filmée depuis une fenêtre d’un poste de police à Oujda. La femme avait été arrêtée, ce lundi, suite à une altercation avec la police dans un marché situé près de la place Bab Sidi Abdelwahab, à Oujda.

Une partie de cet incident a été filmée et largement partagée sur les réseaux sociaux. Cette deuxième vidéo, filmée quelques heures avant son arrestation, montre la femme en question face à un policier au milieu des vendeurs de vêtements du marché. La femme se retourne un instant vers la caméra, la bouche et la machoire en sang, avant que le policier ne tente violemment de cacher cela en retournant d’un geste de la main son visage. Autour d’elle, les personnes demandent à ce que la vidéo soit partagée.

“Le policier ne faisait qu’assister la commission locale en charge de la libéralisation du domaine public, qui veillait à déloger les marchands ambulants présents sur place tout en portant assistance aux autres marchands pour vendre leur marchandises, conformément aux dispositions de la loi, et non de leur interdire de travailler”, assure au HuffPost Maroc un responsable communication de la DGSN.

″À un moment donné, une femme, celle que l’on voit dans la vidéo, est arrivée et n’a pas laissé la force publique faire son travail. Elle leur demandait pourquoi la police ne laissait pas ces gens vendre leurs marchandises... Il y a eu un malentendu et maintenant, elle soutient qu’un élément de la police l’aurait frappée”, relate notre source.

La Direction générale de la Sûreté nationale n’a pas attendu longtemps pour essayer d’élucider l’affaire puisqu’une enquête a été ouverte le jour-même sous la supervision du parquet compétent, selon un communiqué de la DGSN.

Les éléments de la police ont entendu la femme qui apparaît sur la vidéo, ainsi que le policier dont elle se plaignait. Sept témoins, notamment des marchands et des acheteurs qui ont assisté à la scène, ont également été entendus, rapporte le communiqué.