24/12/2018 16h:01 CET | Actualisé 24/12/2018 16h:01 CET

Orange Tunisie met l'accent sur la nouvelle expérience conversationnelle: Les chatbots

L'art de la conversation n'est peut-être déjà plus l'apanage du genre humain.

Bigmouse108 via Getty Images

Suite aux succès des deux précédentes sessions, l’équipe d’Orange Developer Center a décidé de poursuivre l’aventure en organisant, le jeudi 13 décembre 2018, une nouvelle session “6to8 talks” sur l’intelligence artificielle, dédiée au développement de chatbots.

C’est dans une salle archi comble que Marwen Dhemayed, co-fondateur de la startup tunisienne Attila et Head of Data Science Practice, et Ahmed Chaouch, Data Scientist à Attila ont fait voyager les technophiles curieux dans l’univers pittoresque de l’Intelligence artificielle. 

Un rendez-vous riche en apprentissage et en découvertes pour les jeunes geeks, venus nombreux.

La première partie, animée par Dhemayed, a été un concentré de notions et de définitions pour mieux se familiariser avec cette nouvelle technologie. Mais c’est surtout la deuxième partie qui a suscité l’intérêt des participants, portés par un appétit vorace pour les nouvelles technologies. Ces derniers ont fortement apprécié le fait d’allier les notions théoriques à la pratique à travers un atelier mené par le Data Scientist Ahmed Chaouch. 

Malgré la complexité algorithmique, tous les participants ont relevé le défi et ont réussi à maîtriser l’exercice en un temps record. 

Comme à l’accoutumé, cette troisième session “6to8 talks” sur l’intelligence artificielle a été également une occasion propice pour rencontrer des experts, échanger avec eux et dénicher quelques opportunités de stage ou d’emploi, le tout dans un cadre cosy et amical.  

Mais qu’est-ce au juste qu’un chatbot? À quoi ça sert? Et quels sont les nouveaux dangers que posent ces machines qui maîtrisent le langage humain?

Qu’est ce qu’un chatbot ?

Né dans les années 1960 avec ELIZA, un programme créé par le prestigieux MIT, le chatbot est la contraction de deux mots “Chat” (discussion) et “bot” (robot).

Par définition, il est un agent conversationnel intelligent ou assistant virtuel capable de discuter avec des humains et de leur proposer des services adaptés à leurs demandes.

Ces derniers peuvent être vocaux, avec une personnification grâce au traitement automatique du langage naturel, des techniques informatiques basées sur le langage humain, ou textuel, en lui donnant la possibilité d’analyser des mots-clés, afin de pouvoir y répondre.

Aujourd’hui, il se présente comme étant le futur de la relation client et se développe à grande vitesse dans les entreprises, sur les réseaux sociaux et sur les messageries instantanées. 

Selon l’expert d’Attila, “les gens ont plus tendance à interagir les uns avec les autres”. Les consommateurs préfèrent utiliser aujourd’hui un assistant vocal  avec de l’Intelligence artificielle plutôt qu’un site internet, note-t-il. Cela est montré par une étude réalisée en 2017 et selon laquelle l’usage des messageries a surpassé de loin l’usage des réseaux sociaux.  

À quoi ça sert?

Boosté par les nouvelles technologies, ces agents conversationnels constituent une petite révolution: leur disponibilité, leur rapidité et leur précision en font des outils incontournables. De nombreux atouts qui ont permis aux chatbots d’adopter une approche plus naturelle et de révolutionner l’ère de conversationnelle, explique le Data Scientist au HuffPost Tunisie. Ils sont, en effet, plus aptes à aider à la résolution des problèmes clients et à proposer des réponses “intelligentes”, tout en réduisant les coûts pour les entreprises. 

Sans doute, l’usage des chatbots est en train de bouleverser le quotidien des entreprises en terme de stratégie relation client. D’après l’expert d’Attila, plus de la moitié des moyennes et grandes entreprises auront déployé des chatbots d’ici à 2020.

Qu’en est-il de l’éthique?

 

En ligne de mire, l’éthique. Face à l’intelligence artificielle, cette dernière entre en conflit ouvert en ce qui concerne la gestion des données personnelles, précise l’expert d’Attila.

Pour lui, pour éviter les dérives de l’IA, il est primordial de mettre en avant l’anonymat et la confidentialité des usagers comme l’une des qualités d’internet. D’après lui, il est important de poser les limites et séparer les données opérationnelles et nominatives des clients dès la conception des algorithmes. 

Former une génération de développeurs engagés et responsables, sensibiliser les usagers du digital... sont des facteurs clés pour atténuer les menaces que fait peser l’intelligence artificielle

Interrogé si l’IA est l’ami ou l’ennemi de l’humain, l’expert a répondu en disant: “tout est une question de perspective.” 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.