31/10/2018 17h:31 CET | Actualisé 31/10/2018 17h:44 CET

Opération séduction: Benchaâboun cherche investisseurs en Allemagne

Le ministre invite les industriels allemands à saisir les opportunités qu'offre le Maroc dans divers secteurs.

TOBIAS SCHWARZ via Getty Images

ÉCONOMIE - Dans le cadre de l’initiative du G20 “Compact with Africa” organisée en Allemagne, le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, prospecte les investisseurs allemands pour les inviter à saisir les opportunités qu’offre le Maroc dans plusieurs secteurs émergents. 

L’Automobile, l’aéronautique, l’électronique et les énergies renouvelables... Des secteurs où l’Allemagne dispose d’une grande expérience profitable au Maroc qui, après les réformes structurantes et sectorielles engagées par le royaume sous les prérogatives du roi Mohammed VI, justifie de bonnes performances en matière d’économie nationale, a indiqué le ministre dans son allocution, mardi 30 octobre, en présence de la chancelière allemande Angela Merkel. 

Si les relations entre le Maroc et l’Allemagne sont “exemplaires” pour Benchaâboun, elles pourraient l’être davantage en étant élargies à de nouveaux secteurs. Afin de séduire les investisseurs allemands, le ministre a mis en avant les bons résultats du Maroc “dans un sillage de contexte international peu favorable”, les réformes mises en place pour stabiliser l’environnement macroéconomique et améliorer le climat des affaires, et la signature de 17 accords de libre échange, notamment avec pays africains. Le tout, dans un cadre législatif qui facilite l’investissement dans la transparence, a-t-il souligné, dans des déclarations rapportées par la MAP.  

“Un partenariat bénéfique et équilibré”

Angela Merkel a annoncé, pour sa part, la mise en place d’un fonds d′1 milliard d’euros pour soutenir les investissements des petites et moyennes entreprises européennes en Afrique, outre une batterie de mesures visant à réduire les risques pour les investisseurs allemands.

A travers l’initiative “Compact with Africa”, parrainée par de grands groupes industriels allemands, les deux parties se verront engagées dans un “partenariat bénéfique et équilibré”, encouragé par la mise en oeuvre par l’Allemagne de réformes avec certains pays africains. 

Ce sommet s’est déroulé en présence de chefs d’Etat et de gouvernements africains, de la directrice du Fonds monétaire international (FMI) et de plusieurs responsables internationaux en charge du développement. Benchaâboun a pris part aux travaux de ce sommet à la tête d’une délégation formée de Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la coopération africaine, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM et Ali Zerouali, directeur à l’Agence marocaine des énergies renouvelables (Masen).

Onze pays africains ont adhéré à cette initiative, à savoir le Maroc, le Bénin, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, l’Éthiopie, le Ghana, la Guinée, le Rwanda, le Sénégal, le Togo et la Tunisie. Merkel a toutefois indiqué que l’Allemagne se met à l’oeuvre pour “nouer des partenariats pour encourager l’investissement avec le Maroc, l’Éthiopie et le Sénégal”.