MAROC
10/07/2018 12h:17 CET

On a découvert "l'ancêtre" des dinosaures géants

Ingentia prima a vécu 47 millions d'années avant les célèbres diplodocus et autres brachiosaures.

ARCHÉOLOGIE - Une équipe de chercheurs a retrouvé en Argentine les restes d’une espèce de dinosaure géant qui a vécu sur Terre il y a plus de 200 millions d’années, selon une étude publiée ce lundi 9 juillet dans Nature.

Cette espèce, baptisée Ingentia prima, est une sorte de “premier” dinosaure géant. S’il ressemble un peu aux célèbres brachiosaures et autres diplodocus, il a vécu 47 millions d’années avant que ces vrais titans ne peuplent la Terre. S’il n’est pas au sens propre l’ancêtre commun de ceux-ci, il permet aux scientifiques de mieux comprendre comment de petits animaux ont pu devenir aussi énormes au fil de l’évolution.

Selon les estimations de chercheurs, le spécimen découvert mesurait de 6 à 7 mètres, était jeune et pesait quelque 10 tonnes, soit le poids de 2 à 3 éléphants.

JORGE A GONZALEZ

Ingentia prima a été découvert en 2015 à 1100 kilomètres à l’ouest de Buenos Aires. “Dès qu’on l’a trouvé, on s’est rendu compte que c’était quelque chose de différent. On a découvert une forme, la première à être géante au milieu de tous les dinosaures. Voilà la nouveauté”, affirme Cecilia Apaldetti, chercheuse de l’Institut et musée de sciences naturelles de l’université de San Juan (IMCN) et du Conicet (Conseil national de la recherche scientifique et technique).

Les chercheurs ont trouvé des vertèbres du cou et de la queue, des os des pattes avant et une partie des os des pattes arrières. Il s’agit de “dinosaures herbivores, quadrupèdes et qui se distinguent facilement par leur long cou et leur longue queue, du groupe des sauropodes”, a-t-elle dit.

Mais Ingentia prima est un peu différent de ces géants: leurs pattes sont courbées et ils grandissaient très vite. Tous ces éléments permettent aux archéologues de mieux comprendre comment certains dinosaures bipèdes ont pu évoluer petit à petit pour devenir ces gigantesques animaux quelques dizaines de millions d’années plus tard.

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France.