MAROC
13/04/2018 11h:55 CET | Actualisé 13/04/2018 13h:03 CET

OM - Leipzig: Suspendu par W9 pour ses propos homophobes qui ont fuité, un commentateur français présente ses excuses

Des propos qui ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux.

W9

FOOTBALL - Avec sept buts, l’assurance de diffuser une demi-finale de l’OM et 2,8 millions de téléspectateurs, le groupe M6 ne pouvait rêver meilleur bilan pour cette soirée de Ligue Europa. Mais une heure et demi après le coup de sifflet final envoyant Marseille dans le dernier carré ce jeudi 12 avril, une vidéo embarrassante est apparue sur Twitter.

La séquence, déjà vue près de 300.000 fois, montre le duo de commentateurs de W9, Denis Balbir et Jean-Marc Ferreri, discuter hors antenne. Alors que le stade finit de se vider, le premier se lâche et profère des propos homophobes et des insultes à l’encontre des joueurs de Leipzig.

“Je suis bien content pour ces pédés-là, arrogants au match aller, comme ils étaient sûrs de gagner... Enfoirés”, dit-il le micro ouvert. 

Ce vendredi 13 avril, la chaîne du groupe M6 a décidé de suspendre Denis Balbir ”à titre conservatoire”. “La chaîne tient à rappeler que le respect de l’adversaire s’impose en toute circonstance”, a déclaré W9 dans un communiqué. Après le Mondial 2018, M6 partagera jusqu’en 2022 avec TF1 la diffusion des matchs de l’équipe de France.

Dans un tweet, Denis Balbir s’est dit “navré pour ces propos déplacés échangés hors antenne” et “qui n’ont donc jamais été diffusés sur la chaîne”. “Je présente mes excuses à tous”, a-t-il écrit avant de dénoncer la diffusion “particulièrement malveillante” sur les réseaux sociaux d’une “séquence privée et en aparté”.

Publiée par un internaute anonyme qui n’a pas répondu à notre demande de contexte, les conditions de publication de la vidéo ne sont toujours pas connues.

Si la séquence n’a effectivement pas été diffusée en direct, la caméra continuait de tourner alors que les deux commentateurs participaient au debrief de l’émission 100% Foot dans la foulée du match. Alerté sur Twitter, le CSA explique au HuffPost que la séquence n’entre pas dans son cadre de compétente si elle n’a pas été diffusée à l’antenne.

De son côté, l’association Stop Homophobie a dénoncé une “banalisation de l’homophobie par les animateurs, censés au contraire prévenir ce genre de comportements” et demandait des explications à la chaîne et à Denis Balbir.