MAROC
30/03/2018 12h:38 CET

"Off to Ouaga", le récit du "deuil impossible" du père de Leila Alaoui

La photographe est décédée en 2016 suite à un attentat à Ouagadougou.

TÉMOIGNAGE - Abdelaziz Alaoui est venu parler de son ouvrage sur le plateau de la chaîne française TV5 Monde, “Off to Ouaga”, écrit par le père de la photographe Leïla Alaoui, disparue en 2016 suite à un attentat à Ouagadougou.

“Ce livre, comme son nom l’indique, est l’histoire d’un deuil impossible”, déclare-t-il, très ému au moment d’évoquer sa fille. “Je ne suis pas écrivain mais je suis un conteur, c’est dans ma tradition, donc j’ai raconté ce qui est arrivé”, explique-t-il.

Abdelaziz Alaoui raconte ainsi à la chaîne francophone les dernières heures de la vie de sa fille, du moment où elle les contacte pour les informer avoir été victime d’un attentat, la décision d’envoyer son frère Soulaimane Alaoui au Burkina Faso, et enfin l’annonce de sa mort après un fatal arrêt cardiaque. Il est également revenu sur les combats de sa fille, mais aussi le sien pour faire connaître et perdurer le travail de la photographe.

PHILIPPE LOPEZ via Getty Images

“Les terroristes ne gagneront jamais”

Au cours de l’entretien, Abdelaziz Alaoui a notamment raconté l’histoire de la mère de son épouse, âgée de de 92 ans, qui s’est convertie à l’islam pour être enterrée auprès de sa petite-fille à Marrakech: “elle avait un caveau au cimetière du Père Lachaise, à Paris, pour être enterrée auprès de son mari mais désormais elle veut être enterré auprès de sa petite-fille Leïla”.

“Les terroristes ne gagneront jamais, mais elle non plus ne reviendra jamais. On me demande souvent si les terroristes ont été tués, cela m’est complètement égal. Ce qui comptait pour moi est ma fille qui ne reviendra plus. Mais ce n’est pas en abattant un terroriste que l’on y mettra fin”, résume-t-il.

Abdelaziz Alaoui est également revenu sur le travail de la fondation portant le nom de la photographe, qui oeuvre pour faire perdurer son oeuvre. “Le visage a disparu mais son oeuvre est là, la mission est là et nous essayons autant que possible de continuer son oeuvre, c’est l’héritage qu’elle nous a laissé à nous et à tout le monde”, conclut avec émotion Abdelaziz Alaoui.

LIRE AUSSI: