MAROC
08/10/2019 13h:12 CET

Octobre rose: premiers symptômes, traitements, quand s'inquiéter... Tout sur le cancer du sein (INTERVIEW)

"Au Maroc, il y a encore des progrès à faire dans la prise en charge du cancer du sein."

Deagreez via Getty Images

SANTÉ - Le mois d’octobre est devenu au fil des années synonyme de période de sensibilisation au cancer du sein et au dépistage précoce. Cette maladie, qui touche environ 50.000 nouvelles personnes chaque année dans le monde, peut, si elle est diagnostiquée à temps, être guérie.

Quels sont alors les signes à surveiller? Vers qui faut-il se tourner? Quand s’inquiéter? Docteur Houriya Amrani Mikou, radiologue-sénologue, cofondatrice du centre de Radiodiagnostic Roudani (CRR) à Casablanca, répond à nos questions pour qu’il n’y ait plus de zone d’ombre sur le cancer du sein. 

HuffPost Maroc : Qui sont les femmes les plus concernées par le cancer du sein?

Dr Houriya Amrani Mikou: Une femme sur 8 risque dans sa vie d’être atteinte par le cancer du sein. Toutes les femmes sont donc concernées, mais il faut savoir qu’il existe une population de femmes qui ont un risque plus important que le reste de la population: il s’agit de femmes qui ont plusieurs cas de cancer du sein dans leur lignée maternelle ou paternelle (mère/tante maternelle/cousine maternelle/grand-mère maternelle/fille/nièce...) et la particularité de ces cancers familiaux ou héréditaires est qu’ils surviennent à un âge jeune.

En matière de dépistage précoce, quels sont les symptômes et signes à surveiller chez la femme? Et à quel âge faut-il se faire dépister?  

Pour le dépistage précoce, il faut faire un examen clinique qui doit être effectué par un médecin généraliste ou un spécialiste. Il s’agit de réaliser une palpation des seins et des creux axillaires et faire une mammographie de dépistage dès l’âge de 40 ans. Le médecin peut retrouver un petit nodule (une petite boule dans le sein), un écoulement d’un liquide brunâtre par le mamelon, une petite déformation de la peau ou du mamelon, un ganglion dans l’aisselle... Il arrive aussi que le médecin ne détecte rien à l’examen clinique de la patiente qui a pourtant un cancer du sein: c’est ce que l’on appelle un cancer infra-clinique qui sera dépisté par mammographie.

Y a-t-il des gestes préventifs?

Les gestes préventifs que toutes les femmes doivent faire, c’est se palper régulièrement les seins et les creux axillaires (le creux de l’aisselle, ndlr). Elles doivent se regarder dans le miroir et voir s’il y a une anomalie du genre: rétraction du mamelon, une voussure anormale ou une rougeur...

Quand faut-il s’inquiéter?

La femme doit s’inquiéter à chaque fois qu’elle s’aperçoit qu’il y a quelque chose de nouveau ou de différent au niveau de son sein ou de ses deux seins: perception d’une boule, une induration (durcissement de la peau) même sans présence d’une boule, un écoulement au niveau du mamelon, une déformation ou un plissement localisé au niveau de la peau des seins, une rougeur localisée ou diffuse du sein, une douleur anormale...

thomasandreas via Getty Images

Comment s’opère la prise en charge?

Au Maroc, il y a encore des progrès à faire dans la prise en charge du cancer du sein. Il faut savoir que lorsqu’un cancer du sein est diagnostiqué par la mammographie et l’échographie mammaire, la patiente doit être prise en charge par une équipe spécialisée de sénologues.

Il faut ABSOLUMENT éviter l’intervention d’emblée sur le sein. Les étapes à suivre et qui sont recommandées par les experts en sénologie sont:

1- faire une biopsie de la lésion: c’est un geste très simple effectué dans un centre de radiologie par un radiologue habitué à faire ce geste. Cette biopsie permet à la fois de faire le diagnostic du cancer avec certitude et de donner tous les paramètres nécessaires pour le traiter.

2- Une fois que les résultats anatomo-pathologiques de la biopsie sont sortis, il faut une réunion de concertation entre oncologues, radiothérapeutes, chirurgiens, pour discuter du cas de la patiente et pouvoir ainsi lui proposer un traitement adapté à son cas.

Quels sont selon vous les éléments sur lesquels nous avons le plus de progrès à faire?

Malheureusement au Maroc, nous constatons que ces étapes ne sont pas toujours suivies et que les patientes atteintes de cancer du sein sont encore opérées d’emblée sans diagnostic histologique au préalable. Il faut savoir que cela peut constituer une perte de chance de guérison chez certaines d’entre elles!

Il faudrait également que les femmes puissent bénéficier d’examens de dépistage par mammographie avec tomosynthèse, c’est un outil qui permet de mieux détecter de minuscules petits cancers et qui sont guérissables lorsqu’ils sont détectés précocement.

Evidemment, on n’insistera jamais assez sur le rôle de la sensibilisation des femmes à se palper les seins, à aller consulter leur médecin quand elles s’aperçoivent de la moindre anomalie et de faire des mammographies de dépistage avec tomosynthèse si possible dès l’âge de 40 ans ou une simple échographie mammaire si elles sont plus jeunes...