TUNISIE
22/05/2019 16h:09 CET | Actualisé 22/05/2019 16h:18 CET

"Obliger les citoyens à observer ou non le jeûne est une atteinte aux libertés individuelles", estime l’association tunisienne pour la pensée islamique et les affaires religieuses

L’association considère que l’ouverture des restaurants et des cafés le jour durant le mois de ramadan relève des prérogatives de l’autorité publique.

HAKINMHAN via Getty Images

Obliger les citoyens à observer ou non le jeûne est une atteinte à leurs droits et libertés sans motif légal, a estimé mercredi l’association tunisienne pour la pensée islamique et les affaires religieuses.


Dans une déclaration rendue public mercredi, l’association considère que l’ouverture des restaurants et des cafés le jour durant le mois de ramadan relève des prérogatives de l’autorité publique.


” L’existence de restaurants et de cafés ouverts pendant le mois de ramadan ne doit aucunement entrainer des sanctions à leurs propriétaires par ceux qui s’érigent en tuteurs sur les citoyens ” ajoute-t-elle.


L’association appelle dans ce sens à assurer la protection et la sécurité de tous les Tunisiens sans exception et à ne pas confisquer la liberté des autres sous n’importe quel prétexte.


La Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme avait exprimé lundi son refus de toute violation des libertés individuelles et ce, après les descentes effectuées par la police dans les cafés ouverts le jour pendant le mois de ramadan.

“Les forces de l’ordre ont terrorisé les personnes fréquentant ses lieux pour des raisons sans fondement”, estime la LTDH, considérant ces pratiques comme une violation criante de la liberté de culte et de croyance garantie par la Constitution.

Dans une déclaration rendue publique, la LTDH a fait part de son soutien absolu avec les victimes de ces violations et les a appelé, dans ce sens, à poursuivre les auteurs de ces violations en justice.

La Ligue a pointé du doigt les descentes de police survenues dans plusieurs villes dont celles de Bouargoub (Gouvernorat de Nabeul) et d’El Mourouj (Gouvernorat de Ben Arous) ainsi que les gouvernorats de Sousse, Kairouan et Sfax.

La Ligue a souligné que le rôle de l’Etat est de protéger les libertés individuelles et non de les violer sous aucun prétexte, qu’il soit de nature morale ou sécuritaire.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.