TUNISIE
26/12/2018 09h:55 CET | Actualisé 26/12/2018 09h:59 CET

Nuit de tensions à Kasserine et Tebourba

Le calme est vite revenu après l'intervention des forces de l'ordre.

HATEM SALHI via Getty Images

Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont éclatés, mardi après-midi, au centre-ville de Kasserine.


Vers 18h00, des jeunes de la cité Ezzouhour ont mis le feu à des pneus bloquant plusieurs ruelles et ont jeté des pierres sur les forces de l’ordre qui ont fait usage du gaz lacrymogène pour les disperser.


D’autres manifestants ont détruit les cameras de surveillance installées par le ministère de l’intérieur dans ce quartier.


Un renfort sécuritaire a été déployé dans la ville la nuit afin d’assurer un retour au calme dans la ville.

 
Lundi soir, des heurts avaient éclaté entre forces de l’ordre et des manifestants qui déplorent le décès d’Abdelrazak Zergui, cameraman qui s’est donné la mort par le feu pour des raisons liées à ses conditions familiales et sociales difficiles.

Selon le porte-parole du tribunal de première instance de Kasserine Achref Youssfi, le ministère public a décidé d’ouvrir un enquête judiciaire à ce sujet “pour meurtre avec préméditation et non assistance à personne en danger”.

Dans la soirée, un suspect a été placé en garde à vue.

Tebourba: De jeunes manifestants bloquent un axe routier et détruisent les vitres d’un train

Des protestations nocturnes menées par un groupe de jeunes, pour la plupart des adolescents, ont éclaté mardi en début de soirée du mardi à l’entrée ouest de Tebourba.


Les jeunes ont incendié des pneus dans cet axe routier principal menant à la localité de Chouigui causant ainsi une interruption de la circulation au milieu d’un important dispositif sécuritaire pour protéger les établissements publics et les locaux commerciaux dont les propriétaires ont vite fait de les cadenasser et de rentrer chez eux plus tôt qu’à l’accoutumé.


Les manifestants ont pris également pour cible le train à coup de pierres, détruisant ses vitres ainsi que les barrières du passage à niveau à proximité des quartiers Annasim (Argoub), provoquant un état de panique parmi les passagers. 


Les habitants n’ont pas caché leur appréhension que les heurts dégénèrent et portent atteinte à leurs biens, un scénario qui rappelle les incidents ayant émaillé la ville de Tebourba à la même époque de l’année dernière.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.