MAROC
16/12/2015 08h:17 CET | Actualisé 21/12/2015 06h:05 CET

Une nouvelle subvention pour encourager les productions étrangères à venir tourner au Maroc

MAP
Comment le Maroc veut attirer les producteurs de films étrangers

CINÉMA - Au lendemain de la clôture du Festival international du film de Marrakech, les professionnels du cinéma étranger peuvent se réjouir. Une remise de 20% sur certaines dépenses liées aux tournages de films au Maroc est désormais actée. Ce nouveau système de crédit d'impôt a été approuvé mardi 15 décembre dans le cadre de l'adoption du Projet de loi de finances 2016 par le parlement.

Cette mesure, qui bénéficiera aux producteurs de films étrangers, se calque sur le modèle en vigueur dans de nombreux pays européens (France, Espagne, Royaume-Uni...) mais aussi aux Etats-Unis, en Amérique latine ou encore en Afrique du Sud. "Le principe, c'est d'encourager les productions étrangères à venir tourner au Maroc", confie au HuffPost Maroc Sarim Fassi Fihri, directeur du Centre cinématographique marocain (CCM).

"Les productions étrangères auront une subvention de 20%, en fonction de leur investissement, sur certaines dépenses éligibles (contrôlables et fiscalisées) comme les grosses factures d'hôtels, de transport, de matériel de tournage... C'est-à-dire tout ce que l'Etat peut récupérer ensuite en impôts", précise le directeur du CCM. Les frais de repérage ou de figuration (les figurants sont généralement payés en cash) ne seront pas concernés par cette mesure.

Les productions devront dépenser un minimum de 10 millions de dirhams (1 million de dollars) sur les dépenses éligibles, et passer au moins 18 jours de travail au Maroc. Cela ne concerne que les longs métrages et les fictions télévisées, comme les séries et téléfilms.

"Appel d'air"

Ce système devrait générer des investissements importants sur le sol marocain. Selon Sarim Fassi Fihri, qui prend l'exemple de la France, "pour un euro de subvention, cela génère 12,30 euros de réinvestissement dans le secteur." Une manière d'attirer les productions étrangères qui préfèrent, pour certaines, partir dans des pays où il existe déjà des aides fiscales comme la Hongrie, où des décors marocains ont été recréés à Budapest.

"Cela va nous ouvrir beaucoup plus d'opportunités sur le marché mondial du film et créer un appel d'air incroyable", estime le producteur de cinéma, "même si on risque de ne pas pouvoir satisfaire toute le monde. Mais l'essentiel, c'est que le fonds existe grâce à la loi". Les dispositifs de cette nouvelle mesure devraient être mis en place pendant le premier trimestre de 2016.

Pour l'année qui arrive, un premier tournage de taille est prévu, celui du film "In Sand And Blood" de Saul Dibb avec Russel Crowe ("Gladiator"). "Des contacts avec des producteurs canadiens ont également été établis pendant le FIFM", nous confie le directeur du CCM, sans en dire plus. En 2015, 21 longs métrages et 16 séries télévisées ont été tournés au Maroc.

Galerie photo Le FIFM 2015 en 10 claps Voyez les images