TUNISIE
09/05/2019 16h:23 CET

Nouvelle découverte de pétrole au centre de la Tunisie

Le groupe néerlandais d'exploration et de production de pétrole et de gaz Mazarine Energy et l’ETAP découvrent un puits de pétrole à Sidi Marzoug d'une capacité de 2000 barils par jour

Pgiam via Getty Images

Le groupe néerlandais d’exploration et de production de pétrole et de gaz Mazarine Energy a annoncé, dans un communiqué rendu public ce jeudi 9 mai 2019, que sa filiale tunisienne, Mazarine Energy Tunisia et son partenaire l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (ETAP) ont découvert des réserves pétrolifères à Sidi Marzoug (SMG-1) sur le permis Zaâfrane dans le centre de la Tunisie.

Selon le communiqué, lors du test de production, le puits SMG-1 a révélé des réserves, à raison de 2000 barils de pétrole par jour et 5 millions de pieds de cube de gaz naturel par jour. 

Le puits a été foré par la CTF (Compagnie Tunisienne de Forage) à une profondeur totale de 3880 m, précise le communiqué.

Selon la même source, l’évaluation de la découverte est en cours et les travaux de mise en production du puits ont commencé et sont liés aux installations de production de Ghrib, situées à environ 15 kilomètres au nord-ouest de SMG-1.

Il est à rappeler qu’après une campagne de forage d’exploration fructueuse en 2015, Mazarine a démarré la production commerciale dans la concession de Ghrib en octobre 2017. 

Un autre permis a été également attribué à la société en décembre 2017. Il s’agit du permis de Douiret de 4240 km2 adjacent au permis de Zaâfrane.

D’après le communiqué, la société prévoit d’acquérir, plus tard cette année, une nouvelle étude sismique 3D de 450 km2 chevauchant les permis de Zaâfrane et de Douiret.

“Après notre campagne de forage réussie en 2015, SMG-1 est la troisième découverte consécutive en Tunisie” se réjouit Edward van Kersbergen, fondateur et PDG de Mazarine Energy. “Le résultat de ce puits est une autre preuve du potentiel important des permis de Zaafrane et de Douiret adjacents. Nous sommes sur la bonne voie pour développer notre activité et créer de la valeur en mettant bien en production le SMG-1 et en couvrant davantage de notre zone d’exploration avec une sismique 3D plus tard cette année, ”a-t-il déclaré.

En 2019, la production de pétrole devrait atteindre près de 16,2 millions de barils, contre 14 millions en 2018, selon les données publiées par le ministère de l’Industrie et des PME.

Les prévisions du ministère tablent sur une évolution de la production globale de gaz qui atteindra, au cours de cette année, 2100 millions m3, contre 2000 millions de m3, réalisés en 2018.

Idem, la production globale du gaz liquéfié devra dépasser 400 mille m3 contre près de 230 mille m3 réalisés en 2018.

De plus, le nombre global de nouveaux permis de prospection et d’exploitation devrait atteindre en 2019 près de 30, contre 21 permis en 2018.

“Un programme de forage de 20 puits de prospection de pétrole est prévu d’ici 2020 en Tunisie” a annoncé le directeur général adjoint de l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (Etap), Abdelwaheb Khamassi, en marge d’une conférence sur l’exploration et la production d’hydrocarbures en Tunisie, tenue en octobre 2018. Un autre programme visant à développer entre 30 et 35 puits pétroliers est également en vue, a-t-il fait savoir. 

La Tunisie, une aubaine pour les compagnies pétrolières internationales?

Selon le ministre de l’Industrie, de l’énergie et des petites et moyennes entreprises, Slim Feriani, de nombreuses compagnies pétrolières et groupes internationaux opérant dans les énergies renouvelables lorgnent sur la Tunisie pour développer leurs activités. 

Un sondage réalisé en 2011 par “The U.S. Geological Survey (USGS)” a estimé “l’existence de ressources pétrolières et de gaz non découverts en Tunsie et en Libye, soit 3,97 milliards de barils de pétrole non découverts, 38,5 trillions de pieds cubes de Gaz naturel et 1,47 milliard de barils de liquides de gaz naturel non découverts dans deux provinces de l’Afrique du Nord à Syrte et le Bassin pélagien dans le Nord Ouest de la Tunisie”.

Or, en mai 2017, l’ancienne ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Héla Cheikhrouhou, a coupé court à la doctrine qui dit que la Tunisie flotte sur le pétrole et a mis à nu la réalité amère du secteur pétrolier.

Elle a révélé que la moyenne de production du pétrole est passée de 81,4 mille barils en 2009 à 45,7 mille barils par jour en 2016 et à 44,3 mille barils par jour au terme du mois d’avril 2017.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.