22/05/2018 16h:44 CET | Actualisé 22/05/2018 16h:49 CET

Succèdant à Miriem Bensalah-Chaqroun, Salaheddine Mezouar est le nouveau président de la CGEM

À la faveur d’une écrasante majorité.

DR

PATRONAT - L’assemblée générale élective a tranché. À la faveur d’une écrasante majorité, 5173 voix contre 1432, soit 77,96% des votes, Salaheddine Mezouar est le nouveau président de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM). Son binôme Faïçal Mekouar devient pour sa part vice-président de la confédération. 

Le résultat a été annoncé après le dépouillement des 6721 votes qui s’est déroulé, ce 22 mai à Casablanca, à la fin de l’assemblée générale ordinaire et élective. Les 1850 membres de l’assemblée présents ou représentées avaient une heure pour voter pour les futurs président et vice-président de la CGEM. La majorité a donc préféré la candidature de Salaheddine Mezouar et Faïçal Mekouar au détriment du binôme Hakim Marrakchi-Assia Aiouch Benhida.

Avant de passer aux votes, les deux candidats à la présidence de la CGEM, Mezouar et Marrakchi avait 10 minutes pour présenter leur programme. 

“Le Maroc regorge de potentialité et d’atouts et il ne pourra être fort que si le secteur privé est fort”, a déclaré lors de son discours l’ancien ministre des Affaires étrangères, avant de souligner que cette présidence serait pour lui “un retour aux sources”.

Hakim Marrakchi a préféré pour sa part commencer par une vidéo de présentation, avant d’entamer son discours où il a mis en avant les trois principes sur lesquels repose son programme. Marrakchi veut ainsi “défendre la compétitivité des entreprises, réconcilier le travail et l’entreprise, et retisser une relation saine entre l’entreprise et l’administration.”

AIC Press

“I did the job”

Après avoir souhaité “bon vent” à ses successeurs et remercier les membres de la CGEM lors de son discours à l’assemblée, Miriem Bensalah-Chaqroun cède ainsi son poste de présidente avec, selon elle, le sentiment d’avoir accompli son travail.

“I did the job”, a-t-elle déclaré à l’assemblée. “Les successeurs prendront en main une CGEM forte, et militante, et trouveront une feuille de route qui a tenu ses promesses et qui résulte d’un engagement sincère”, assure l’ancienne Bensalah-Chaqroun qui a passé 6 ans à la tête du patronat.

La CGEM avait révélé, le 16 mai dernier, les deux binômes retenues pour la candidature de président et de vice-président de la CGEM. Pour pouvoir présenter leur candidatures, Faïçal Mekouar et Hakim Marrakchi, avaient démissionné de leurs postes respectifs de vice-président général et vice-président de la CGEM. Quant à Salaheddine Mezouar, il avait promis de démissionner du parti du Rassemblement national des indépendants (RNI) qu’il a présidé de 2010 à 2016, s’il venait à être élu à la tête du patronat.