TUNISIE
07/10/2019 12h:48 CET

"Nous ne sommes pas heureux du maintien de Nabil Karoui en détention": L'appel du pied de Rached Ghannouchi à 9alb Tounes

Le président d'Ennahdha affirme souhaiter voir le candidat qualifié pour le second tour en liberté

ANIS MILI via Getty Images

Le président du parti Ennahdha Rached Ghannouchi a affirmé, dimanche, à la suite de la publication des résultats préliminaires de l’élection législative plaçant son parti et le parti “9alb Tounes”, au coude à coude, ne pas être “heureux du maintien de Nabil Karoui en détention”.

“Nous aurions souhaité le voir en liberté” a-t-il déclaré dans ce qui semble être un appel du pied au parti présidé par le fondateur de la chaine Nessma Tv.

“Certains médias orientaux se sont moqués de la présence d’un candidat à la présidentielle en prison (...) Cela est un honneur pour la démocratie tunisienne, puisque tant qu’un prisonnier n’a pas fait l’objet d’un jugement définitif, il a le droit d’exercer ses droits dont celui de concourir pour la plus haute fonction au sein de l’Etat. Dans ces pays là, la seule chose que peut espérer la famille d’un prisonnier c’est de savoir s’il est encore vivant ou non” a fustigé le président d’Ennahdha.

Quant aux résultats de l’élection législative, Rached Ghannouchi a estimé que la victoire annoncée de son parti “n’était pas facile à obtenir”: “Nous n’avons pas remporté ce scrutin avec 99% des voix mais seulement 20%. En conséquence, il y aura une opposition forte qui sera face à nous. Nous la respectons, cela fait partie de la démocratie” a-t-il indiqué.

Nabil Karoui, président du parti “9alb Tounes” a annoncé, dimanche, la victoire de son parti à l’élection législative, une heure après la fermeture des bureaux de vote.

Dans un communiqué envoyé aux médias, celui-ci affirme: “Après un processus électoral long, exceptionnel et complexe, je voudrais exprimer mes remerciements les plus sincères au grand peuple tunisien et aux électeurs pour votre confiance si précieuse. Grâce à vous, j’annonce la victoire du parti Qalb Tounes, qui arrive à la première place du scrutin législatif d’aujourd’hui, 06 octobre 2019” ajoutant que Qalb Tounes sera le premier bloc parlementaire à l’Assemblée des représentants du peuple.

Lors d’une conférence de presse tenue par le parti à l’issue du scrutin, celui-ci a réitéré sa position par rapport à Ennahdha: “Il n’y aura pas de coalition possible avec ce parti” a annoncé Hatem Mliki, membre du parti.

Dans une lettre ouverte destinée à Rached Ghannouchi publiée depuis sa prison, le 02 octobre dernier, Nabil Karoui a fustigé le comportement d’Ennahdha, coupable selon lui, de vouloir le maintenir en détention.

“Ma présence en cellule vous a fait croire que j’étais dans une position vulnérable. Nous avons été surpris par les déclarations nous attaquant personnellement et à travers moi, plus d’un demi-million de Tunisiens” a-t-il dénoncé déplorant les attaques ciblant le partie “9alb Tounes” qu’Ennahdha accuse de suspicion de corruption: “Votre position s’inscrit dans le cadre de votre politique de désinformation”.

“Ce qu’il en est réellement, c’est que je refuse de m’allier à vous et à votre parti. La preuve? Mon maintien en détention pour des raisons que tout le monde connait” a continué Nabil Karoui expliquant les raisons pour lesquelles il refuse de s’allier à Ennahdha et affirmant rejeter toute idée de d’alliance avec celui-ci.

Nabil Karoui, candidat à l’élection présidentielle anticipée et qualifié pour le second tour, a été arrêté le 23 août suite à un mandat d’arrêt émis par l’une des chambres d’accusation près de la Cour d’appel de Tunis. 

Malgré plusieurs demandes de libération, dont la dernier le 01 octobre dernier, de la part de son comité de défense, toutes ont été rejetées par la justice. 

Le 28 juin dernier le juge d’instruction du pôle judiciaire économique et financier a décidé le gel des avoirs et une interdiction de quitter le territoire contre Nabil et Ghazi Karoui. Ces mesures font suite à une plaine portée le 14 mars 2014 par l’ONG “I Watch” auprès du pôle judiciaire économique et financier contre les frère Karoui pour “suspicion de blanchiment d’argent” à travers des sociétés dont ils seraient propriétaires en Algérie, au Maroc et au Luxembourg.

Le président du Conseil d’administration du Groupe Nessma avait publié un bilan financier et fiscal de la société afin de mettre un terme à ce qu’il qualifie “de rumeurs” et d’accusations non fondées.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.