MAROC
28/08/2018 14h:55 CET

Non, Bank Al-Maghrib n'a (toujours) pas promis de verser de l'argent à certains salariés

Déjà démentie en juillet dernier, cette intox a la peau dure...

AIC Press

DÉMENTI - Ce n’est pas un message nouveau, mais il n’en continue pas moins de leurrer les esprits. Circulant via les applications de messagerie mobile, le texte indique en substance que “ceux qui ont travaillé entre 1990 et 2018 ont le droit de retirer 15.537,00 dirhams auprès de Bank Al-Maghrib”. Une proposition qui aurait pu réjouir les personnes concernées, à ceci près que Bank Al-Maghrib dément catégoriquement l’authenticité de ce message.

“Il a été porté à la connaissance de Bank Al-Maghrib (BAM) qu’un message circulait via les applications de messagerie mobile”, a ainsi fait savoir la banque centrale dans un communiqué publié ce mardi sur son site web, soulignant que le message en question invite les destinataires à consulter un lien pour découvrir si leurs noms “figurent sur la liste de ceux qui ont le droit de retirer ces fonds”.

“Bank Al-Maghrib tient à préciser qu’elle ne peut en aucun cas être à l’origine d’un tel message et dément toute relation avec son contenu ou ses expéditeurs”, poursuit le communiqué, qui précise que “Bank Al-Maghrib décline toute responsabilité par rapport au contenu du message et aux conséquences éventuelles de la consultation du lien susmentionné”.

Le communiqué souligne par ailleurs que Bank Al-Maghrib se réserve “le droit d’engager les poursuites judiciaires nécessaires conformément aux lois en vigueur”. Un avertissement déjà proféré début juillet dernier, lorsque la banque centrale s’attaquait déjà au même message mensonger.

Le 10 août dernier, Bank Al-Maghrib démentait une autre intox, un message frauduleux émis par courrier électronique. Ce message, signé “Abdellatif Jouahri”, wali de BAM, invite les destinataires à effectuer des démarches pour être reconnus bénéficiaires “d’un compte bancaire d’un montant de 34,5 millions d’Euros qui n’a pas été mouvementé depuis 3 ans et qui passera sous la tutelle du trésor public s’il n’y a pas de bénéficiaire”. La banque centrale avait là encore diffusé sur son site un communiqué pour avertir les éventuelles proies, et décliner toute responsabilité par rapport au contenu de ce message.