MAROC
26/04/2018 16h:27 CET | Actualisé 26/04/2018 17h:20 CET

À Paris, le Maroc réaffirme sa volonté de lutter contre le financement du terrorisme

"No money for terror".

Anadolu Agency via Getty Images

TERRORISME - Le Maroc a réaffirmé, jeudi 26 avril à Paris, son engagement “indéfectible, continu et proactif” pour lutter contre le terrorisme et son financement. Une initiative qui entre dans le cadre de la stratégie nationale de lutte contre le terrorisme adoptée conformément aux directives du roi Mohammed VI. 

La délégation marocaine conduite par le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, qui a pris part à la conférence internationale de lutte contre le financement du terrorisme a souligné que cette lutte constitue “une priorité” pour le royaume.

“Elle s’appliquera en vigueur avec la législation, la réglementation nationale et les standards internationaux, en s’appuyant notamment sur les résolutions du conseil de sécurité des Nations Unies et les recommandations du GAFI (Groupe d’action financière), l’amélioration de la coordination nationale entre tous les intervenants, le développement de la coopération internationale et le renforcement des capacités des services concernés”, a-t-elle indiqué.

Intervenant à cette occasion, Mohamed Boussaid a relevé que le Maroc s’est inscrit dans la voie de la promotion et de l’encadrement du développement des nouveaux canaux de “fintech” tels que le paiement mobile ou le financement collaboratif (crowdfunding) en vue de développer l’accès aux services financiers de base, réduire l’utilisation du cash et promouvoir les circuits de financement réglementés. 

A cet effet, le Maroc a adopté “une approche qui consiste à combiner entre, d’une part, les objectifs de développement de l’inclusion financière assignés à chaque instrument, et d’autre part, les impératifs liés en particulier à la surveillance et à la maîtrise des risques de financement du terrorisme”, a-t-il annoncé.

Outre M. Boussaid, la délégation marocaine à cette conférence est composée du Président de l’unité de traitement du renseignement financier et des représentants de la Direction du trésor et des finances extérieures, du ministère de la Justice, de la Direction générale de la sûreté nationale et de l’Ambassade du Maroc en France. 

Cette conférence a été organisée conjointement par les ministères français des Finances, de l’Europe et des Affaires étrangères et la cellule française du renseignement financier (TRACFIN) au siège de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Elle a réuni près de 500 experts et 80 ministres de 72 pays.

Tenue à l’initiative du président Emmanuel Macron sous le slogan “No money for terror”, cette rencontre vise à faire l’état des lieux des crises actuelles et à proposer des solutions concrètes en matière de lutte contre le financement du terrorisme.

Les travaux de cette conférence, qui se déroulent à huis clos, à l’exception du discours conclusif du chef de l’Etat français, ont été précédés mercredi par une réunion au niveau des experts. Les travaux de cette conférence seront conclus par l’adoption d’une déclaration finale.