TUNISIE
20/08/2019 12h:27 CET

Nike protège enfin ses athlètes enceintes, Allyson Felix le confirme

La championne olympique a partagé un e-mail de l'équipementier sportif lui assurant avoir supprimé sa clause de performance.

Jamie Squire via Getty Images
Allyson Felix, juillet 2019.

SPORT - C’est ce qu’on appelle obtenir gain de cause. Annoncée au mois de mai dernier, la suppression des clauses de performance qui figurent dans les contrats liant les athlètes de retour d’un congé maternité et Nike vient enfin d’être officialisée.

La sextuple championne olympique Allyson Felix, qui avait récemment annoncé tourner la page avec l’équipementier sportif à cause de sa politique vis-à-vis des athlètes enceintes, a partagé une capture d’écran d’un e-mail attestant de la décision sur son compte Instagram vendredi 16 août. 

Signé de la main de John Slusher, un haut responsable des accords de sponsoring de la marque, il assure que “si une athlète tombe enceinte, Nike ne peut appliquer aucune réduction liée à la performance pendant une période de 18 mois”. À quoi s’ajoute le fait que Nike ne peut pas non plus “mettre un terme au contrat pour l’absence en compétition d’une athlète”.

Pour la sportive, c’est une grande victoire. “Nos voix ont enfin été entendues. [...] Cela veut dire que les athlètes féminines ne seront plus pénalisées financièrement pour avoir un enfant, écrit celle-ci en légende du cliché avant de remercier les responsables de Nike. Et merci également aux marques qui ont déjà pris cet engagement. Qui est la suivante?”

Les remerciements pleuvent en commentaire. Beaucoup d’entre eux émanent de sportives de haut niveau, à l’instar de Sandi Morrisus. ”Être une athlète, c’est notre métier, tout comme les femmes qui travaillent dans d’autres domaines. Nous avons maintenant la possibilité de faire les deux. Merci”, écrit la spécialiste du saut à la perche.

″Être enceinte, c’est le baiser de la mort”

Cette nouvelle, qui semble signer le retour de la championne chez Nike, intervient plusieurs mois après la publication d’une tribune édifiante d’Allyson Felix dans le New York Times. Elle révélait que le montant de son contrat de sponsoring avec Nike avait été réduit de 70% depuis la naissance de son enfant. Un fait qui, d’après elle, illustre “une fois de plus que dans le secteur du sport, les règles sont écrites en grande partie par des hommes et pour des hommes”.

Quelques semaines avant cela, le quotidien avait publié les témoignages de plusieurs athlètes, dénonçant cette même situation. ”Être enceinte, c’est le baiser de la mort pour une femme athlète. En aucun cas je ne voudrais avoir à le dire à Nike si jamais j’étais enceinte”, affirmait l’une d’entre elles. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.