MAROC
13/09/2019 17h:39 CET

Nicolas Sarkozy à la CGEM: "Je me sens proche du Maroc et des Marocains"

Invité d'honneur de l'Université d'été de la CGEM, l'ex-président français a clamé son amour au Maroc et appelé à renforcé les liens entre l'Europe et l'Afrique.

MAP
sarko

ECONOMIE - La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) fait sa grande rentrée, ce vendredi, avec la deuxième édition de son Université d’été. Au programme: “le rôle de l’entrepreneuriat dans le modèle de développement du Maroc”, une thématique autour de laquelle graviteront débats, travaux et plénières, durant deux jours, à l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE). Et pour marquer le coup, le patron des patrons, Salaheddine Mezouar, s’est offert la présence de l’ancien Président français Nicolas Sarkozy, un “invité d’honneur” venu livrer quelques recommandations sur les relations entre l’Europe et l’Afrique. 

Sa venue était annoncée en grande pompe il y a quelques semaines. Devenu conférencier, Nicolas Sarkozy, de retour sur la scène publique après son échec cuisant aux primaires de la droite, face à François Fillon en 2016, fait dorénavant le tour du monde pour prendre part à des conférences qu’il monnaye quelques dizaines de milliers d’euros, selon la presse française.

Si aucun retour en politique ne se profile, il multiplie, pour l’heure, les apparitions médiatiques après la sortie de son livre autobiographique “Passions”. De passage à Casablanca sur invitation de la CGEM, l’ex-président est intervenu lors d’un débat sur le thème “Le monde évolue et vite! Quelle économie pour demain”.

Devant le petit monde des affaires marocain, il a fait part de son amour pour le Maroc, tout en disant se sentir proche du Maroc et des Marocains, avant de livrer quelques recommandations et a appelé à la tenue urgente d’un sommet Europe-Afrique pour décider d’un méga-plan de développement des infrastructures en Afrique. “Nos destins sont liés. Il n y aura pas de développement en Europe si l’Afrique s’enfonce dans la pauvreté. Nous sommes si proches. Nous sommes condamnés à réussir ensemble ou à échouer ensemble (...) L’Afrique progresse mais c’est trop lent. Ses progrès sont immédiatement dévorés par le boom démographique. Quelque soit l’effort fourni, cela ne va pas assez vite pour éviter le drame” a-t-il déclaré.

“Votre stabilité est le bien le plus précieux”

Après quelques leçons de géopolitique, “l’animal politique” a rappelé son attachement au roi Mohammed VI, dont il a affirmé avoir suivi avec beaucoup d’attention tout ce que le souverain a accompli et mis en œuvre depuis son accession au trône, en 1999. Stabilité du royaume, potentiel économique et touristique, relations internationales et développement du pays ont fait l’objet de son intervention. “Il y a autant d’étapes mesurées vers la modernité notamment durant la période du Printemps arabe lors de laquelle le Maroc a donné une leçon de stabilité”, a-t-il ajouté, sous les applaudissements de la salle. 

“Au Maroc, comme en France, où que tu sois né, quel que soit l’endroit où tu es né, tu peux aller très haut (...) nos sociétés permettent de construire de belles trajectoires, si on en a l’ambition (...) on peut certes être heureux sans ambition. A chacun selon le destin qu’il se choisit, selon l’ambition qu’il se fixe” a déclaré l’ancien politicien suite à une question de Meriem Zaïri, présidente de la Commission Start-up et Entrepreneuriat de la CGEM, sur l’avenir de la jeunesse marocaine.

La deuxième Université d’été de la CGEM est marquée, cette année, par la participation de plusieurs personnalités politiques et économiques nationales et internationales et plus de 2000 entrepreneurs, universitaires et étudiants, selon un communiqué de la confédération.