ALGÉRIE
13/03/2019 16h:01 CET

"Ne les laissez pas voler votre victoire": Djamila Bouhired fustige un "coup d'Etat programmé"

AFP via Getty Images

l’icône de la guerre de libération, Djamila Bouhired, a fustigé mercredi 13 mars dans une tribune publiée par El Watan, un “coup d’Etat programmé”, en référence au prolongement du 4e mandat du président Abdelaziz Bouteflika après trois semaines de contestation.

“Ne les laissez pas voler votre victoire”, a lancé Mme Bouhired envers les manifestants algériens. 

Après trois semaines de manifestations inédites dans l’histoire de l’Algérie, la présidence avait annoncé lundi 11 mars l’annulation de l’élection présidentielle prévue pour le 18 avril, ce qui signifie le maintien de Abdelaziz Bouteflika après la fin de son mandat qui se termine le 28 avril. 

Des constitutionnalistes, des figures de l’opposition et des commentateurs y ont vu un prolongement anticonstitutionnel du 4e mandat du chef de l’Etat très diminué physiquement depuis son AVC en 2013.

Plaçant ce qu’elle désigne comme une tentative de “prendre le contrôle de votre mouvement de libération” dans la même lignée que la prise du pouvoir à l’indépendance par “le clan d’Oujda”, l’ancienne moudjahida a appelé les Algériens à ne pas “les laisser pervertir votre combat”. 

Djamila Bouhired, 83 ans, a salué dans son texte l’engagement pacifique des manifestations depuis le 22 février qui a “désarmé l’oppression” et un civisme qui “a suscité l’admiration dans le monde”. 

“Je voudrais d’abord vous dire tout mon bonheur d’être parmi vous, pour reprendre ma place de citoyenne dans ce combat de la dignité, dans une communion fraternelle”, a indiqué Mme Bouhired qui a marché le 1er mars  parmi les manifestants à Alger. 

L’ancienne combattante a également dénoncé “le soutien du président français au coup d’Etat programmé de son homologue algérien”. Le chef d’Etat français Emmanuel Macron avait salué “une nouvelle page” ouverte par M. Bouteflika après l’annulation de la présidentielle et le prologement du mandat de ce dernier. 

Lire le texte intégral de l’appel de Djamila Bouhired.