MAROC
22/04/2018 12h:36 CET | Actualisé 22/04/2018 12h:40 CET

Natalie Portman s'explique suite à son refus de participer à une cérémonie de remise de prix en Israël

L'actrice oscarisée justifie sa décision par son refus d’approuver la politique du premier ministre israélien.

Mike Blake / Reuters

PEOPLE - L’actrice sort de son silence. Quelques heures après l’annonce que l’actrice israelo-américaine Natalie Portman ne participera pas à une prestigieuse remise de prix en Israël, cette dernière s’est expliquée sur sa décision sur son compte Instagram.

Dans ce message, l’actrice oscarisée justifie sa décision par son refus d’approuver la politique du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui devait faire un discours au cours de cette cérémonie.

 

Natalie Portman/Instagram

Elle nie tout boycott

Elle précise également que, contrairement à plusieurs affirmations faites sur internet, sa décision n’est en rien un soutien au mouvement BDS de boycott d’Israël: “comme beaucoup de juifs à travers le monde, je peux critiquer les dirigeants israéliens sans vouloir boycotter tout une nation”, affirme-t-elle, Et d’ajouter que “le traitement des personnes qui souffrent des atrocités actuelles ne sont pas en alignement avec mes valeurs juives. Parce que je tiens à Israël je me dois de m’opposer à la violence, la corruption, les inégalités et l’abus de pouvoir”.

Si l’actrice ne nomme pas directement des événements récents, Israël est depuis plusieurs semaines critiqué pour sa réponse violente, à la “Grande Marche de retour”, un mouvement de protestation pacifiste, soutenue par le Hamas, qui demande le “droit au retour” des réfugiés palestiniens et dénonce le strict blocus imposé à Gaza par Israël. Des affrontements qui ont fait plus de 30 morts, côté palestinien.

La star de “Black Swann” conclut son texte en annonçant sa volonté de soutenir dans le futur “plusieurs associations israéliennes”. Si la décision de l’actrice a été saluée par de nombreux soutiens da la cause palestinienne, l’annonce a été vivement critiquée par le parti du premier ministre israélien, le Likoud, qui a qualifié ses propos d’“hypocrites”.

Ce n’est pas la première fois que l’actrice exprime son opposition à Benjamin Netanyahu. En 2015, elle avait dénoncé des propos prononcés par ce dernier, alors en campagne, les qualifiant de “racistes”.