MAROC
14/09/2018 11h:10 CET | Actualisé 14/09/2018 11h:19 CET

Nasser Zefzafi en lice pour le prix Sakharov

Aux côtés de 7 autres candidats.

Youssef Boudlal / Reuters

POLITIQUE - En prison depuis bientôt trois mois, Nasser Zefzafi fait partie de la liste officielle des nominés au prix Sakharov pour la liberté de l’esprit. Décerné chaque année par le Parlement européen, ce prix honore les personnes ou les organisations qui luttent pour la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

C’est le groupe de gauche GUE/NGL (Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique) au sein du Parlement européen qui a décidé de nommer le leader du Hirak du Rif au prix Sakharov, qui célèbrera cette année ses 30 ans d’existence.

Dans un communiqué publié jeudi 13 septembre sur son site, le groupe parlementaire rappelle que Zefzafi purge actuellement une peine de 20 ans de prison au Maroc pour avoir manifesté l’année dernière à Al Hoceima suite à la mort de Mohcine Fikri dans une benne à ordures. “Avec cette nomination, nous voulons montrer notre solidarité avec le peuple marocain qui exige la justice sociale, les droits de l’homme et la dignité”, a indiqué la députée européenne Marie-Christine Vergiat (Front de Gauche, France), dans le communiqué.

Sur sa page Facebook, la députée européenne Kati Piri (Parti travailliste, Hongrie), a également commenté cette nomination. “On a réussi! On a officiellement nominé Nasser Zafzafi pour le Prix Sakharov”, écrit-elle dans un post accompagné d’une vidéo retraçant le parcours du prisonnier.

“Avec Judith Sargentini (Gauche verte, Pays-Bas, ndlr) et Marie-Christine Vergiat, nous avons rassemblé suffisamment de signatures pour obtenir sa nomination. Cette nomination montre que l’UE est derrière les manifestants pacifiques et leurs exigences”, poursuit l’eurodéputée. “Mais c’est aussi un signal fort envoyé au gouvernement marocain, montrant que l’Europe est juste pour les personnes qui défendent leurs droits fondamentaux et que nous allons continuer jusqu’à ce que tous les prisonniers politiques du Hirak soient libérés. Il s’agit d’une victoire des Rifains marocains qui luttent sans relâche pour attirer l’attention sur leur cause. On continue!”

Nasser Zefzafi fait partie d’une liste de huit candidats parmi lesquels figurent l’ONG sud-africaine Afriforum, qui protège le droit des minorités en Afrique du Sud, l’avocate allemande d’origine turque Seyran Ateş, qui lutte contre l’extrémisme religieux et politique et pour les droits des femmes, le photographe syrien “César” (nom de code) qui a pris plus de 55.000 photographies documentant les atrocités de la guerre en Syrie, l’ancien jardinier Dewayne Johnson, qui vient de gagner un procès historique contre l’entreprise américaine Monsanto, un groupement de 11 ONG qui protègent les droits de l’homme et sauvent les vies des migrants en Méditerranée, le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, condamné à 20 ans de prison en Russie suite à un procès contesté, et l’activiste canadienne anti-avortement Mary Wagner, emprisonnée pour avoir manifesté devant une clinique.

Chaque année, au mois de septembre, les députés du Parlement européen peuvent nommer des candidats au prix Sakharov. Un minimum d’au mois 40 signatures de députés est requis pour valider une candidature, et chaque député ne peut soutenir qu’un seul candidat, peut-on lire sur le site du Parlement européen.

Après évaluation des candidatures par la commission des affaires étrangères et la commission du développement au sein du parlement, une liste de trois finalistes est dressée et soumise à la conférence des présidents pour un vote final. L’annonce du lauréat est généralement faite au mois d’octobre et la cérémonie de remise du prix a lieu en décembre. 

Le prix, doté de 50.000 euros, peut être attribué soit à des personnes physiques, soit à des groupements et organisations. En 2017, l’opposition démocratique au Venezuela était lauréate du prix Sakharov.