MAROC
26/04/2019 09h:39 CET | Actualisé 26/04/2019 09h:44 CET

Najat Vallaud-Belkacem raille Macron qui a "découvert les familles monoparentales"

L'ex-ministre estime que le président a fait l'annonce d'un dispositif qui existait déjà concernant les pensions alimentaires impayées.

Getty Editorial

POLITIQUE - “On a découvert, il faut bien le dire avec beaucoup d’humilité durant ce mouvement, ce qu’on appelle aujourd’hui les familles monoparentales”. Cette petite phrase prononcée par Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse ce jeudi 25 avril a fait bondir Najat Vallaud Belkacem

L’ex-ministre des droits des femmes a en effet raillé sur Twitter la proposition faite par le chef de l’État, voulant confier à la CAF “des prérogatives pour prélever les pensions alimentaires impayées”. Un dispositif qui existe déjà, a fait valoir NVB. 

“Serait-ce à dire que d’autres auraient ‘découvert les familles monoparentales’ il y a bien longtemps déjà et -soyons fous- ... auraient même déjà mis en place ce qu’il annonce ce soir? Noooon ce ne serait pas sérieux”, a tweeté l’ex-ministre, qui avait porté en 2014 la “loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes”, laquelle prévoyait des “garanties contre les impayés de pension alimentaire”.   

Najat Vallaud-Belkacem n’est pas la seule à s’interroger sur le sens de cette annonce, d’autant qu’au début de l’année 2017, un organisme public placé sous l’autorité de CAF, l’Aripa, a été créé pour se charger du recouvrement des impayés de pension alimentaire. 

 

“Sans polémiques et sans nier que le système peut être amélioré, je ne comprends pas la différence entre ce que vient d’annoncer le président de la République et ce qui a été mis en place en janvier 2017”, a tweeté l’ex-ministre des Familles Laurence Rossignol.  

Dans un communiqué, la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a reconnu que ce dispositif existait déjà, mais qu’il était désormais question de l’améliorer.

“De nombreux objectifs ne sont pas encore atteints: intermédiation entre les parents pour prévenir les impayés, interface en cas d’impayés, simplification de paperasse...”, a-t-elle énuméré, avant d’ajouter: “le gouvernement veut désormais aller plus loin et garantir un dispositif efficace”.

La France compte 1,76 million de familles monoparentales, soit plus d’une sur cinq (22%) - un taux qui a plus que doublé en 40 ans, d’après les chiffres de l’Insee. “Dans 85% des cas, il s’agit d’une mère et de ses enfants”, note encore l’institut, précisant qu’environ 32,5% de ces familles vivent sous le seuil de pauvreté. Par ailleurs, 20% des bénéficiaires du RSA sont des mères isolées.

Cet article a été initialement publié par Le HuffPost France