MAROC
08/04/2019 11h:55 CET

Nador: Des manifestations en soutien aux détenus du Hirak dispersées par la police

Il n'y aurait cependant pas eu d'arrestations.

AIC PRESS
Manifestation à Al Araoui (Nador) en soutien aux détenus du Hirak dispersée par la police, le 7 avril 2019.

SOCIÉTÉ - Des manifestations organisées dimanche 7 avril dans la province de Nador ont été dispersées par la police. Les manifestants étaient descendus dans la rue en soutien aux détenus du Hirak, dont les peines de prison ont été confirmées vendredi dernier par la cour d’appel de Casablanca.

Selon la presse locale, les manifestants ont été dispersés dimanche après-midi à Al Aroui, une commune située à une vingtaine de kilomètres de Nador. Un appel à manifester avait été lancé sur les réseaux sociaux, indique NadorCity, mais les forces de sécurité ont empêché la manifestation.

Interrogé par le HuffPost Maroc, Omar Naji, président de la section de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) à Nador, indique qu’une autre manifestation a été interdite dans la ville de Nador dimanche, précisant que la police n’a procédé à aucune arrestation et que personne n’a été blessé.

Vendredi 5 avril, la chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca a confirmé les jugements prononcés en juin dernier à l’encontre des militants du Hirak et du journaliste Hamid El Mahdaoui. Des peines allant de 20 ans de prison ferme à un an de prison avec sursis avaient été prononcées, le 26 juin 2018, par la même juridiction.

Meneurs de la contestation née dans le Rif, Nasser Zefzafi, Nabil Ahamjik, Ouassim Boustati et Samir Ighid ont écopé d’une peine de 20 ans de prison ferme. Le journaliste Hamid El Mahdaoui a pour sa part vu confirmer sa condamnation à trois ans de prison pour ne pas avoir alerté la police des appels d’un inconnu lui proposant des armes.

Nasser Zefzafi et ses compagnons seront consultés ce lundi 8 avril afin de déterminer leur décision suite à ce jugement en appel, a indiqué au HuffPost Maroc le coordinateur de la défense des détenus, Me Mohamed Aghnaj.