MAROC
20/11/2014 14h:16 CET | Actualisé 21/11/2014 08h:44 CET

La musique arabe alternative

MUSIQUE - On a souvent tendance à penser (à tort) que la musique arabe se limite aux classiques, à la musique traditionnelle et à la pop bubble gum que proposent certaines starlettes botoxées du Moyen-Orient.

 

Sauf qu’en réalité, le monde arabe regorge d’artistes qui proposent des titres loin du prêt-à-écouter musical. La preuve avec cette play-list.

Cairokee est le groupe égyptien le plus célèbre du moment. Il a été fondé en 2003 mais c’est en 2011, après la révolution, que le groupe décolle avec le titre "Ya El Medan", une chanson dédiée aux manifestants de place Tahrir.

 

 

Jadal est une formation musicale jordanienne, fondée par Le producteur et compositeur Mahmoud Radaideh.  Le groupe s'est fait connaître grâce à une reprise de la chanson Tobah d’Abdelhalim Hafez dans une version rock.

 

 

Elle est la première chanteuse libanaise à avoir fait la couverture de Rolling Stones Middle East. C’est au début des années 90 que Yasmine Hamdan entame sa carrière avec Zeid Hamdan, en créant l’un des premiers groupes électroniques du Moyen-Orient : "Soap Kills". Depuis, elle est considérée comme une icône de la musique underground arabe. En 2014, elle joue et chante dans le film Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch.

 

 

Les initiateurs du punk marocain, ce sont eux ! Les Haoussa sont connus par leurs textes  audacieux et contestataires à l’instar du titre L’ftikhabate. Leur musique mêle rock, musique issawie, raggae et électro.

 

 

Badiaa Bouhrizi alias Neyssatou est tunisienne. Cette artiste engagée a longtemps été interdite de séjour dans son pays natal sous le régime de Benali. Elle réussit brillamment une fusion musicale entre le jazz, le raggae et la soul. Elle tient à "garder la musique pure, loin des rhétoriques inutiles".

 

 

Le groupe casablancais Darga s’impose comme étant le groupe le plus représentatifs de la scène alternative marocaine. Sa musique est un mélange de rythmiques issues des musiques Gnaoua, Rock, Funk et Jazz. Hélas, le groupe s'est séparé récemment.

 

 

Chanteuse engagée, l’égyptienne Maryam Saleh s’est fait connaître en reprenant des chansons révolutionnaires de Sheikh Imam. Elle créa ensuite le groupe de rock égyptien Baraka. Elle collabore depuis quelques temps avec le musicien libanais Zeid Hamdan avec lequel elle forme un duo remarquable.

 

 

Des amphis de l’Université Américaine de Beyrouth aux planches du Royal Albert Hall à Londres, les membres de Mashrou’ Leila tracent  leur chemin. Textes osés, musique pop rock et chanteur moustachu à la voix rocailleuse et aux airs de Freddie Mercury… Bref, ce groupe une référence sur la scène alternative arabe actuelle.

 

 

Si vous aimez le Tarab et l’électro, la musique de Hello, Psychaleppo! est ce qu’il vous faut. Ce projet de fusion de classiques de la musique arabe et de sons électro a été initié par Samer Saem Eldahr, un jeune étudiant en art originaire de Alep et installé à Beyrouth.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.