LES BLOGS
03/05/2018 17h:08 CET | Actualisé 03/05/2018 17h:11 CET

Municipales : Un "Gentlemen Agreement" entre Indépendants pour une coalition au sein des Conseils Municipaux serait un salut de la démocratie

Cependant, le nomadisme politique, pourrait décevoir, derechef, la société civile et le corps électoral…et ça serait trop tard après le 6 Mai…comment s’en prémunir?

FETHI BELAID via Getty Images

Comme je l’avais évoqué dans d’autres articles, il est bien avéré que les listes indépendantes candidates aux élections municipales ont le vent en poupe, et ont logiquement, de fortes chances de laminer les listes partisanes aux élections, du moins dans quelques communes importantes.

Les deux partis politiques dominants, ne peuvent tolérer un tel déboire. 

À cet effet, comme l’avait annoncé le leader -aux airs d’un conquérant- d’un des partis dominants, une coalition post-élections, est très envisageable avec son rival principal, même si atrophié et fragilisé par des luttes intestines et de maigres prouesses.

C’est pour ainsi dire, que si les indépendants n’agissent pas, avant le 7 Mai, le paysage des futurs conseils municipaux laisse présager, inéluctablement, par un malin jeu de coalitions, une domination des deux partis qui ont la réalité du pouvoir...un autre crochet dur à encaisser par la société civile!

Pour un pacte entre listes indépendantes

Pour exposer mon idée, je prends l’exemple de la Marsa, que je prétends connaitre assez bien.

Huit listes sont en lice pour les 30 sièges du conseil municipal, dont Quatre se déclarent indépendantes.

Cependant, le nomadisme politique, pourrait décevoir, derechef, la société civile et le corps électoral…et ça serait trop tard après le 6 Mai…comment s’en prémunir?

Je propose, que toutes listes indépendantes, en signe de bonne foi et en gage d’une indépendance si jalousement défendue, mettent en sourdine leurs petites dissensions et signent solennellement un pacte, les engageant à former une coalition, au sein des conseils municipaux, et constituer un bloc monolithique, une citadelle imprenable par les partis politiques.

Un “Gentlemen Agreement” qui empêcherait toutes velléités de rejoindre le bloc des deux partis comme c’était le cas à l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple).

Avec mes respects aux futurs élus, après les élections, nul ne peut garantir que des conseillers bien qu’indépendants, pour des considérations personnelles, pratiques voire politiques, ne seraient pas séduits par le bloc bicéphale, qui aspire à avoir une majorité absolue au sein des conseils municipaux, pour ainsi régner en maitre sur les communes.

Ainsi, les indépendants, qui resteront toujours droits dans leurs bottes, contre vents et marées, se trouveraient cantonnés à un prosaïque rôle de comparses et n’auraient pratiquement pas voix au chapitre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.