ALGÉRIE
13/10/2018 15h:12 CET | Actualisé 13/10/2018 15h:26 CET

Mouwatana appelle à une mobilisation citoyenne pour faire barrage au 5e Mandat

Twitter/Mouwatana

Faute d’une autorisation pour tenir sa conférence nationale, la coordination nationale Mouwatana, réuni au siège du parti Jil Jadid a dressé une nouvel fois un constat alarmant du règne de Bouteflika et du “régime” imposé aux Algériens a avertit sur le danger de maintenir cette situation.

“Le 5ème mandat pour l’actuel Président, illégal du point de vue constitutionnel et immoral au vu de l’état de santé de l’intéressé, ne peut que prolonger et complexifier la crise et n’être en aucun cas sa résolution. Le bilan pathétique des quatre mandats et le désastre général de l’état des lieux sont loin de plaider en faveur d’une quelconque continuité ”, lit-on dans le texte portant résolution politique de la coordination. 

 Pour Mouwatana, “il n’y a aucune autre solution viable et raisonnable en dehors du départ de l’actuel Président et des hommes dont il s’est entouré avec lesquels il a édifié son régime”.

Du point de vue de la Nation, lit-on encore, “l’interminable règne de cet homme aura été extrêmement couteux tant au plan de la gouvernance - erratique, médiocre et inefficace- mais plus encore au plan moral, la vertu ayant été remplacée par le vice comme principe de fonctionnement de l’Etat”

Autant de raisons qui motivent un refus de “la mascarade du 5ème mandat”. Mouwatana met en garde contre une “pression de la situation économique et sociale” que le  refus du 5e mandat puisse être exprimé par la rue avec  “les conséquences que l’on peut imaginer.” 

Aussi Mouwatana propose un plan pour sortir le pays de cette impasse historique et l’engager sur la voie de l’édification de l’Etat de droit. Un plan qui comprend notamment le renoncement au 5ème mandat où à son prolongement, ou même à une succession de pure forme, l’organisation dune élection présidentielle ouverte, avec des garanties politiques négociées, permettant l’émergence d’une personnalité proposant la refonte des institutions d’Etat.

Tour à tour au cours de la conférence de Mouwatana, ses membres ont insisté sur la nécessité de changer de régime pour permettre au pays de sortir de l’impasse dan laquelle on se trouve aujourd’hui. Mouwatana appelle aussi à une mutualisation des efforts pour permettre à l’Algérie d’évoluer et de l’engager sur la voie de l’édification de l’Etat de droit.

 

En plus de cette résolution politique, les 76 membres de la coordination de Mouwatana réunis au siège de Jil Jadid a voté une nouvelle direction pour le mouvement avec Soufiane Djilali comme Coordinateur National et Mme Zoubida Assoul comme porte-parole.