ALGÉRIE
13/07/2019 19h:35 CET

Mouvement populaire: Les imams appelés (encore) à "apaiser les esprits"

AFP

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, a estimé samedi à Annaba qu’un “discours religieux positif” est “nécessaire et important pour resserrer les rangs dans la difficile situation que traverse le pays et contribuer à sortir de la crise”.

“La fonction de l’imam reste importante dans la transmission du message de la mosquée pour apaiser les esprits, et servir la société et le pays”, a relevé le ministre, lors d’une réunion tenue au siège de la wilaya en présence d’imams et de cadres du secteur, et ce dans le cadre d’une rencontre sur “les composantes nationales dans le discours religieux″.

M.Belmehdi a déclaré que les “composantes nationales qui unissent tous les Algériens et raffermissent leurs rangs ont comme principale référence le Coran et la Sunna”.

Il a insisté sur “la nécessité d’activer le rôle de l’imam afin qu’il soit une source de toute énergie positive pouvant servir la société et le pays mais aussi le protéger”.

Le ministre a invité les imams à participer à tous les “projets ayant de l’intérêt pour la société et la patrie”, et ce, ”à travers un discours religieux en vue de renforcer la cohésion nationale et rassembler les citoyens autour d’un projet qui sert le pays et préserve sa stabilité″.

Les imams ont déjà été instruits, au début du mouvement populaire le 22 février 2019, de convaincre les pratiquants à travers la khotba de ne pas contester le régime afin d’éviter la ″fitna”. Une instruction peu appliquée par les imams. Ceux qui ont suivi l’appel de l’ex-ministre, Mohamed Aissa, avaient été “boudés” par les pratiquants. Des vidéos, relayées sur les réseaux sociaux, montraient même certains quitter la mosquée. 

L’appel de Youcef Belmehdi risque de connaître le même sort puisque, depuis plusieurs semaines, les marches pacifiques prennent une autre dimension à la sortie des citoyens des mosquées.