MAROC
22/12/2018 08h:07 CET | Actualisé 22/12/2018 08h:14 CET

Moulay Hicham prépare-t-il une entrée en politique?

"J’ai demandé à Sa Majesté d’être déchargé de mon statut et de mon titre de prince".

Twitter/Hicham Alaoui

Dans un entretien exclusif accordé à France24, ce vendredi 21 décembre, Moulay Hicham était invité à commenter plusieurs faits d’actualité récents, de la disparition de Jamal Khashoggi, “tournant qui a ouvert les yeux du monde sur la réalité du nouveau pouvoir saoudien”, à l’analyse régionale des pays du Golfe, en passant par la responsabilité dans ce cadre du président Donald Trump, la situation au Maroc ou encore le Hirak, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. 

 

Présenté dans l’entretien comme “cousin du roi du Maroc Mohammed VI” et “chercheur associé à l’université de Harvard”, le prince est désigné sous le nom de Hicham El Alaoui et non plus de Moulay Hicham El Alaoui. En fin d’interview, celui que l’on surnomme “le prince rouge” indique en effet avoir écrit au roi Mohammed VI pour lui demander d’être déchu formellement de son titre de prince.

“Je ne fais pas partie de la monarchie marocaine”, répond ainsi Moulay Hicham au moment d’être interrogé sur “sa situation personnelle vis-à-vis de la royauté marocaine”. “Il y a trois ans, j’ai formulé deux demandes au roi. La première était que s’il m’arrivait quelque chose, je voulais être enterré dans un lieu qui n’a aucun lien avec la monarchie. Deuxièmement: j’ai demandé à Sa Majesté d’être déchargé de mon statut et de mon titre de prince”, poursuit-il.

Ce dernier explique avoir complété, avec son avocat, toutes les démarches à ce sujet, avant de s’apercevoir qu’“aucun tribunal marocain ne peut gérer la question, que cela relevait strictement de la compétence du roi (...) Nous lui avons écrit lui et moi afin que mon nouveau nom, ou que mon vrai nom, Hicham El Alaoui, soit inscrit dans mon état civil”, dit-il. “Je voulais lever cette incongruence entre ce titre et mes activités, mon travail, et aussi cet anachronisme qui est dans ma vie de tous les jours”, explique le cousin du roi.

À la question de savoir ce qu’a répondu le roi Mohammed VI, Moulay Hicham emploie un ton compassionel à l’endroit de son cousin: “Ce n’est pas la seule question dont Sa Majesté doit traiter, il a beaucoup de choses sur son agenda. C’est une chose qui se fera inéluctablement, dans le respect à sa place et dans le respect à la mémoire de son grand-père, mais le plus tôt, le mieux”, explique-t-il en souriant.

“Je suis Hicham El Alaoui dans la société, et cet état de fait doit être formalisé légalement. (...) Cela arrivera, Sa Majesté est très occupée, je le comprends. C’est une question politique pour lui mais il y a d’autres questions beaucoup plus pressantes et plus brûlantes. L’intérêt, le bien-être des Marocains est plus important que celui d’un seul citoyen”, assure-t-il. 

“J’ai envie de me libérer et de vivre pleinement les possibilités qui me sont offertes”. “Politiques, peut-être?”, interroge le journaliste. “Peut-être, pourquoi pas”, conclut Moulay Hicham. Le prince avait déjà été interrogé sur ses ambitions politiques sur ce même plateau en avril 2014. “Je ne m’interdis rien”, répondait-il alors. “Je suis prêt à contribuer un jour (...) Je m’interdis de me priver de quoi que ce soit. Je dirais tout simplement, comme j’ai dit dans le journal Le Monde, que si cela devait être le cas, cela n’arrivera sans doute pas à l’intérieur de la monarchie”.  

Après des années de tension, l’heure semblait cette année à l’apaisement entre Moulay Hicham et son cousin. Le prince qui vit aux États-Unis depuis 2002 avait ainsi partagé en mai dernier, à l’occasion du diplôme obtenu par sa fille Faizah à l’université de Yale, un message sur Twitter accompagné de photos de famille, dans lequel il remerciait publiquement, entre autres, le roi Mohammed VI. Le souverain avait félicité Faizah El Alaoui et en avait été remercié par téléphone par son cousin. Ce dernier félicitera également le souverain sur Twitter en août dernier, à l’occasion de l’anniversaire du roi Mohammed VI. 

“À l’occasion de votre 55ème anniversaire, je suis heureux de vous présenter mes félicitations Votre Majesté, en vous souhaitant santé, prospérité, bonheur et longue vie”