30/11/2015 11h:46 CET | Actualisé 30/11/2015 12h:24 CET

Moulay Hafid Elalamy à Paris Match: "Au Maroc, nous sommes décomplexés face au capital"

Paris Match

INTERVIEW - Moulay Hafid Elalamy semble avoir attisé la curiosité de Paris Match. En marge du sommet des entrepreneurs sino-africains qu’il a organisé à Marrakech, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l’investissement et de l’économie numérique issu du patronat marocain a répondu aux questions du magazine français dans un entretien réalisé le 27 novembre dernier. L'ancien patron des patrons (CGEM) a été "clair, rapide et sans détour", selon le journaliste qui l’a interviewé. Morceaux choisis.

Le ministre entrepreneur

"L’esprit d’entreprise est bien perçu au Maroc et nous reconnaissons à l’investisseur qui prend des risques le droit de créer de la valeur et de "s’enrichir", en veillant à ce qu'il soit éthique, qu'il paye ses impôts et qu'il soit socialement responsable (…) nous sommes décomplexés face au capital (…) Pour comprendre les requêtes des opérateurs économiques, il n’est pas inutile d’avoir été de l’autre côté de la barrière."

Pour une économie mondialisée…

"Il est plus judicieux de positionner son économie pour conserver, voire améliorer sa compétitivité que de s'évertuer à vivre dans la nostalgie d'un monde cloisonné, qui n'existe plus (…) Ceux qui veulent fermer leurs frontières économiques vivent déjà un déclin économique."

… Et compétitive

"Le temps où l’Etat pouvait protéger ses opérateurs est révolu. Les entrepreneurs marocains savent depuis longtemps déjà qu'ils ne peuvent produire plus cher que leurs concurrents. Ils cherchent en permanence leurs poches de compétitivité. Lorsqu'ils sont dans cette logique, nous déployons tous les efforts pour les accompagner. Si pour être plus compétitifs, ils doivent délocaliser une partie de leurs activités, vers d'autres pays africains par exemple, nous les y encourageons. Il est important de jouer cette mondialisation pleinement."

Cap sur l’Afrique

"Vous seriez surpris de voir la capacité d’adaptation des pays africains. Ce ne sont plus les ministres d'antan. Ils sont de plus en plus sophistiqués et exigeants. Il est temps de mettre nos connaissances et notre imaginaire à jour, surtout si nous voulons entretenir des relations constructives avec les pays d’Afrique, ce n’est certainement pas en regardant dans le rétroviseur que nous allons y arriver."

Galerie photo Ces Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images